Aurélien Tanghe-Technicien son



 

      SAMPLITUDE 24/96 v5.55  

 

Le choix du logiciel audio est important lorsqu’ on monte un studio numérique. Il se fait selon plusieurs critéres :

-         La plate forme PC ou MAC

-         Le budget

-         Les besoins  ( à quoi le software va me servir  exactement ?)

-         Les possibilités du logiciel

-         Sa renommée

 

 

I  Présentation du logiciel

 

   SAMPLITUDE est un logiciel d’enregistrement multipiste, d’édition, de mixage et de traitement audio numérique et MIDI professionnel, fonctionnant en mode natif pour PC. Il s’adapte parfaitement à de nombreux domaines d’activité grâce à ses nombreuses fonctionnalités :


• Studio
• Musique
• Post-Production
• Mastering CD
• Radio
• Cinéma
• Multimédia
• Restauration sonore
• Création Sonore

 Mais concrétement Samplitude est utilisé pour :

 

 

 

 

 

 

 

 

              

 

 

 

                         

                                           (Sondage réalisé en septembre 2000 auprés des professionnels.)

 

   On voit clairement que l'utilisation principale de Samplitude est celle d'un magnétophone multipiste et d'une console de mixage. La post production est, elle aussi, assez bien représentée. Dans les utilisations "autres", une partie des réponses concernaient le mastering.

 

 

 

1 –Quel est le système d’ exploitation utilisé ?

 

 

Samplitude est un logiciel pour PC, il fonctionne sur les systèmes d’ exploitation Windows 95, 98, 2000 et Windows NT.

 

 

   On voit que c’ est Windows 98 qui est principalement utilisé. Windows NT arrive dernier malgrés le surplus de puissance et de stabilité que procure ce système d’ exploitation. C’ est generalement l’ absence de drivers pour les cartes sons qui empechent la moitié des utilisateurs de basculer sur NT. Le logiciel est compatible avec le driver Audio Windows et avec toutes les cartes audio supportant Windows.

 

 

   Les professionnels ont toujours fait plus confiance à un Macintosh qu’ à un PC. : généralement le Mac utilise plus intelligemment les ressources de l’ ordinateur (la puissance du processeur, la gestion des mémoires) et le système d’exploitation Mac/os est plus stable que Windows.

  

   Mais, le PC coûte moins cher, est beaucoup plus répandu (9 personnes sur 10 qui ont un ordinateur ont un PC). Et un système bien pensé dans le choix des périphériques et bien configuré n’ a pas de raison d’être instable ; on peut alors imaginer un système professionnel pour PC. C’ est pour cela que Digidesign a sorti sa dernière version 5.0 de Pro tools sur PC et sur Mac alors que Pro tools était resté depuis sa création uniquement sur Mac.

 

 

2-Qu’ est ce qu’un système natif ?

 

   Les systèmes dits Natifs sont de plus en plus performants. En utilisant les processeurs des ordinateurs et non ceux de cartes DSP, ils deviennent redoutables en performance et en prix.

 

    Samplitude se passe de cartes DSP. Tout est calculé par le processeur de l'ordinateur. Cette technologie appelée "Native" a de nombreux avantages :

                -Le premier est, bien sûr, sa directe incidence sur le prix. A performance égale, un système Samplitude coûte moins cher car il n'est pas nécessaire de lui adjoindre des cartes DSP généralement onéreuses.

                -Le deuxième est sa modularité. On peut réelement choisir la configuration dont on a besoin. On peut utiliser Samplitude avec n'importe quelle carte audio, cartes Professionelles pour la meilleure qualité audio au format 24 bits/96 kHz, jusqu'à la carte audio grand public intégrée à un ordinateur portable.

                -Aussi, la technologie native garantit au logiciel une évolution plus rapide que tout système à base de DSP. La simple évolution des processeurs de votre ordinateur suffit à offrir plus de pistes temps réel ou plus de traitements DSP Plug-Ins. Un processeur Pentium II permet déjà de lire plus de 32 pistes au format 16 bits (plus de 16 au format 24 bits).

 

3-Les caractèristiques d’ enregistrement audio :

 

 

• Enregistrement Multipiste jusqu’à 48 pistes en même temps.
• Résolution de 16 à 32 bits en virgule flottante 
• Fréquence d’échantillonnage de 22 à 96 kHz
• Drop à la volée avec historique et comparaison des prises
• Enregistrement sur disque dur ou en RAM
• Enregistrement avec empreinte TimeCode
• Format de fichier .Wav et AIFF
• Importation directe de pistes de CD Audio à partir d’un CD-Rom IDE ou SCSI
• Conversion de fréquence d’échantillonnage en 44.1 à l’enregistrement

 

4-Samplitude utilise quels formats de fichiers ?

 

 

Les Fichiers .WAV :

le format Wave est le standard audio sur Windows. En fait, lorsque on ouvre un fichier .WAV, Samplitude crée automatiquement le HDP et HO correspondant s'ils n'existent pas déjà.

 

Les fichiers .HDP  et .HO

Les fichiers HDP (qui font seulement quelques Kilo-octets) rassemblent uniquement des informations propres au fichier audio, comme les marqueurs et les régions. Les fichiers .H0, eux, sont la représentation graphique des formes d'ondes, c'est ce qui permet à Samplitude d'être rapide à charger les fichiers audio. En fait, chaque fichier audio comprend l'audio lui-même (WAV) les informations (HDP) et son affichage graphique (H0).

 

 

Les projets VIP (Virtual Project) :

Celui-ci est le projet multipiste, il a en mémoire, tous les fichiers audio utilisés avec leurs emplacements dans le temps et son numéro de piste ; il conserve aussi les réglages de volume, panoramique, Eq, effets, etc... c'est le recall d'une console numérique en plus perfectionné. En aucun cas il ne comporte l'audio, il "pointe" seulement vers les fichiers utilisés, sa taille est donc très faible. (les projets virtuels correspondent aux sessions de Pro tools)

 

 

Les fichiers .RAP (Ram Project) :

C'est un format audio à part entière, mais il est en tout point comparable à un document classique (comme un texte par exemple) c'est à dire que Samplitude le charge en mémoire à l' ouverture, vous devez donc le sauver avant de quitter. La particularité du .RAP est justement de se mettre entièrement en mémoire vive. Les avantages sont ceux de la RAM d'un ordinateur, on est plus ralentit par le disque dur ; inconvénient : il faut avoir suffisamment de mémoire pour pouvoir placer tous les fichiers nécessaires. C'est par sa nature un type de fichier plutôt réservé aux boucles ou autres événements courts. Il ne crée pas de fichier HDP et H0, tout est intégré.

 

 

 

Les fichiers EDL (Editing Description List) :

C'est un format multi plate-forme, il est du même type que le projet virtuel mais ne sauvegarde pas les automations et autres réglages d'effets. Vous pourrez recupérer votre projet multipiste dans n'importe quelle application compatible, c'est l'idéal si vous utilisez par exemple un programme de montage vidéo dont les possibilités d'édition audio son réduite, vous pourrez préparer toute la bande son dans Samplitude et l'importer ensuite dans un autre programme (par exemple sur un poste Avid). Sa particularité est d'être sous forme d'un fichier texte... Idéal pour conserver sur papier les emplacements des différents fichier audio.

 

 

Fichier .MID (Midi File)

Ce sont les fichiers midi classique.

 

 

 

Les fichiers .OBJ (Objet) :

Dans les projets virtuels, les données audio sont représentées sous forme de rectangles sur une ou plusieurs pistes. Ces rectangles sont ce que l'on appelle des "Objets". Un objet est la représentation des échantillons d'un fichier audio, autrement dit, la référence d'un projet Wave dans un projet virtuel VIP. Chaque objet, qu'il soit audio ou midi, peut être sauvegardé. Il comprend tous les paramètres propre à cet objet (durée, fade, volume, effet, vélocité, point de synchro, etc...). Ce système est l'idéal pour se faire une bibliothèque de sons prêts à l'emploi. A son chargement, il ouvre le fichier Hdp ou Midi dont il dépend.

 

Les fichiers que l'on manipule le plus souvent sont les HDP et VIP : les VIP puisqu'ils sont notre "magnétophone multipiste", et les HDP (pointant vers les WAV) qui sont notre matière première à placer sur les pistes.

 

2-Edition et montage

 

1-Présentation de la fenêtre d’ un projet VIP

 

      A gauche du projet VIP pour chaque piste on a :

? - Un clic sur le bouton gauche de souris ouvre la fenêtre Informations de Piste ou Propriétés qui vous permet de donner un nom à la piste et sélectionner la carte son chargée de sa lecture et de son enregistrement. On choisit si la piste sera stéréo ou mono, si on enregistre en 16 bits ou en 32 bits virgule flottante.

Un clic sur le bouton droit de la souris ouvre la fenêtre de Réglage de l'automation des paramètres de la Yamaha DSP Factory.

 

M – Mute : Coupe le signal de la piste. Le fait de cliquer sur cette touche avec le bouton droit de la souris vous affiche un menu dans lequel vous pouvez sélectionner la carte son chargée de relire la piste.

 

S – Solo : Le fait de cliquer sur cette touche fait passer la piste en écoute solo (indépendamment du réglage de Mute de autres pistes).

 

L – Verrouillage : Une fois cette touche activée, les objets de la piste ne peuvent pas être déplacés. 

 

V – Volume : Active et affiche la courbe de volume de la piste.

P – Panoramique : Active et affiche la courbe de panoramique de la piste.

 

R – Enregistrement : Active la piste en enregistrement. Le fait de cliquer sur cette touche avec le bouton droit de la souris affiche un menu dans lequel vous pouvez sélectionner la carte son chargée de l'enregistrement de la piste et de choisir si on enregistre du midi ou de l’ audio.

 

On peut voir aussi les VU mètres (Droite et Gauche), le nom de la piste, et les plug-ins actifs ou inactifs en insert sur la piste.

 


Les Barres d’ outils

                     

 

 Outils classiques de Windows : copier, coller. On copie ainsi des Sélections de sons. Les ciseaux servent à séparer un objet en plusieurs parties.

Actionne le mode alignement automatique. Ainsi, si on veut mettre les objets les uns à la suite des autres, on déplace un objet vers un autre et la fin d’ un objet va correspondre directement au début de l’ autre. Aussi, pour les séléctions si le curseur est prés du début ou de la fin d’ un objet il va se placer automatiquement au début ou à la fin.
 

   Actionne le mode de cross-Fade automatique, c’ est un outil très pratique de Samplitude. Une fois cette option activée, toutes les données enregistrées ou éditées dans le VIP ou bien copiées dans le VIP depuis un projet Wave se voit automatiquement appliquer un crossfade. Les objets se voit attribuer un réglage global de fade in et de fade out, réglages qui peuvent être modifiés au menu Edition->Editeur de Crossfades. Si l'option "Crossfade automatique" est activée et que deux objets se chevauchent, on obtient un crossfade en temps réel. Ce mode de crossfade automatique est l'outil idéal pour appliquer un fondu linéaire à une piste de discours ou de jingle, par exemple, qui nécessitent une transition douce exempte de "pops". On peut, si nécessaire éditer ultérieurement les crossfades dans l'éditeur ou en manipulant les poignées des objets.

 


  Lance l’ éditeur de cross-fade (que nous étudierons plus tard)

 

 Groupe ou dégroupe les objets.

 

 


 


Place un Markeur sur le projet à l’ endroit du curseur


 

Placer Début de Piste, (T pour Track)

Placer Sous-index

 


 


Placement Automatique des Marques CD. Cette fonction insère automatiquement les marqueurs (index) de plage au début de chacun des objets VIP de la première piste du projet VIP.


 


Lance la gravure du CD

 

 Commandes générales de lecture

 

 

Commandes de lecture par rapport à la séléction

 


 


Affiche la fenêtre de paramètres d’ enregistrement

 


 


Lance l’ enregistrement multipiste

 


 


Affiche la table de Mixage

 

 Options de punch in/ punch out

 

 


 Actionne le mode entrée directe. Voici encore une fonction interessante de Samplitude ! En mode Entrée Directe, Samplitude peut servir de table de mixage en temps réel et ainsi mixer directement les signaux dirigés aux entrées de votre ou vos cartes sons. Cette commande transforme Samplitude en véritable console de mixage numérique. Bien sur unitilisable en live car il y a toujours un retard entre l’entrée et la sortie même avec le meilleur réglage de la taille des buffers.

 

 


  Voici les différentes applications que peut nous offrir le mode Entrée Directe :

 

  1 - Console de mixage numérique pour ADAT – ou tout autre magnétophone multipiste. Lors de la lecture d'une bande ADAT, les 8 pistes sont transférées via une carte audionumérique et traitées par la Table de Mixage de Samplitude. Comme le transfert se fait en numérique, les données audio ne subissent aucune dégradation et le temps de latence est minime car la bande ADAT n'a aucune fonction "temps réel".

  2-Application d'effets et mixage en cours d'enregistrement – Cochez la case "Vers Fichier" de la Table de Mixage pour créer un nouveau fichier WAV à partir du signal master de la Table de Mixage. Samplitude vous permet ainsi de créer un fichier audio à partir des données audio traitées par la Table de Mixage interne. Par contre, il ne faut pas oublier de renommer ensuite le fichier audio obtenu, sinon on éfface les données qu'il contient lors du mixage suivant.

 

  3-Utilisation de Samplitude comme d'un processeur d'effet. On peut appliquer a nos sons les effets internes de Samplitude. Il est possible de traiter en direct un signal par le correcteur FFT, le correcteur dynamique multibande, l'enhancer stéréo ou bien les PlugIns disponibles.

 

Positionne la fenêtre d’ affichage au début du projet, une section vers la gauche, une ½ section vers la gauche, une ½ section vers la droite, une section vers la droite, à la fin

 

 Place la section au début/à la fin de l’ objet suivant, place la section au marqueur précedent/suivant

 Gestion du zoom horizontal

 

 Gestion du zoom vertical

 

 

 


L’ utilisation de la souris, les differents modes

 


Le mode standard 

 

C'est lui qui est actif par défaut lorsque on ouvre Samplitude, il est peu particulier. Tout d'abord, chaque piste est divisée en 2 horizontalement. La moitié supérieure permet de déplacer la tête de lecture (c'est le trait vertical) et de faire des sélections pour par exemple une lecture en boucle.
La partie inférieure sert à sélectionner les objets Si on balade le curseur à divers endroits, il changera d'aspect en fonction de son emplacement.

 

 

 


Cette idée de séparer la piste en deux est très pratique, plus besoin de changer sans cesse d'outils puisque 90% des manipulations se font en travaillant dans ce mode standard. Il est aussi possible de créer et modifier les points des courbes d'automation dans ce mode, il suffit de faire un double clique pour créer ou supprimer un point de la courbe, et si on garde le bouton enfoncé, on déplace les poignées. Bien sur, ce n'est pas le mode le plus pratique pour ce travail, mais il permet de faire des corrections rapides sans pour autant changer d'outil. Un double clique sur un objet ouvre l'éditeur d'objet (que nous verrons plus tard), la même chose à l'intérieur d'une sélection, zoom sur cette même sélection, un deuxième double clique revient un peu en arrière. Dans le cas où il n'y a pas de range, c'est un zoom out qui s'effectuera. Ces raccourcis sont très bien pensés et facilitent vraiment la vie.

 

Mode séléction

 

 

   C'est lui qu'on utilisera lorsque tous les objets seront placés et qu'on aura plus l'intention d'y toucher. La piste n'est plus séparée en 2, son intégralité sert à faire des sélections/boucles de lecture et il n'est plus possible de toucher aux poignées des objets; Néanmoins, s'il faut en manipuler un, une pression sur la touche ";" bascule momentanément la souris en mode objet ce qui permettra de le déplacer.

 

Mode objet/courbe

 

   Celui-ci permet de manipuler les objets et les points de courbes d'automation sans risque de modifier la sélection.

 

Mode objet

 

   C'est le même principe que le mode sélection. Toutes les manipulations d'objets sont possibles, et ceci sans risque de toucher au range.


Mode volume et panoramique

 

   Ces deux la sont identiques, le premier concerne l'automation du volume, et le second celle du panoramique. Le curseur se transforme en crayon
et permet de dessiner librement des formes de courbes. L'écartement entre les points que l’on dessine varie avec la vitesse à laquelle on déplace la souris et le niveau de zoom ; Au plus lent, on atteint une précision à l'échantillon près.

Mode courbe poignées

 

   Ici il est possible de créer et supprimer des points (ou poignées) d'automation à l'aide d'un double clique sur la courbe (n'oubliez pas que pour l'afficher il faut cliquer sur les boutons V ou P de la piste). Pour déplacer simultanément plusieurs poignées, il suffit d'en grouper plusieurs en les encadrants ou alors de les sélectionner individuellement en maintenant la touche "Ctrl" enfoncée. Petite remarque : contrairement au principe courant des sélections multiples, la touche shift ne fonctionne pas, et une fois que plusieurs poignées sont sélectionnées, il est impossible d'en supprimer une du groupe, il faut impérativement tout dé-sélectionner avant. Lorsque on bouge une poignée, son volume en dB est affiché en haut à gauche de la fenêtre VIP, juste au-dessus du bouton "Multi Card mode"(cf. image précédente).

 

Mode version 4.0  

 

   Celui-ci est pour les nostalgiques, il fonctionne à la façon des versions 4 et précédentes de Samplitude : le bouton gauche sert aux sélections, et le droit à déplacer les objets. L’inconvénient est que l’on a plus accés aux menus contextuels avec le bouton droit.

 

Lorsque on fait de l’ édition destructive avec samplitude sur un son Wave, on a le choix entre 3 modes :

 

Mode séléction : utilisation identique que dans un projet VIP

 

Mode dessiner volume :

   Celui ci offre la possibilité de tracer une nouvelle enveloppe de volume. Le bas de l'écran correspond à un niveau de moins l'infini et le haut à +6dB. Cette nouvelle enveloppe est relative au gain de l'audio existant, le milieu de l'écran correspondant à une conservation du volume d'origine.

 

 

 

Mode dessiner forme d’ onde

 

 

Le curseur ressemble alors à un crayon, on peut redessiner la forme d'onde avec la souris. C'est utile si certains clics ne peuvent pas être supprimés avec le declipper. Lors du relâchement du bouton de la souris, Samplitude propose de garder la nouvelle forme ou de rétablir l'ancienne. Attention, l'annulation de l'édition ne fonctionne pas si on modifie l'audio sur une surface plus large que la fenêtre (toute la partie éditée après le "glissement" ne reviendra pas à sa forme originale).

 

Autres Modes pour le VIP et l’ édition Wave

 

On entend les échantillons en baladant le curseur.

 Coupe à l’ endroit du curseur

 

Zoom à l’ endroit du curseur

 

 

 

 

 

Les objets

 

.  On va trouver ici les gros avantages d’ édition par rapport à Pro tools, ou on ne peut donner virtuellement (=calculés en temps réel) des réglages differents aux régions.

 

 

   Un objet est toujours lié à un fichier Hdp ou Rap, il ne contient pas d'audio en lui même, mais seulement les informations lui indiquant dans quel fichier il doit lire. Ainsi, si on le déplace, modifie, supprime, copie etc... on ne touche jamais au fichier d'origine, c'est en ce sens que l'édition est virtuelle. Regardez l'exemple ci-dessous :

Les Objets et les fichiers Hdp dont ils dépendentffghUn objet est toujours lié à un fichier Hdp ou Rap, il ne contient

On peut voir que 2 objets dépendent du même fichier. Lorsqu'un objet est sélectionné et que le fichier Hdp dont il est tributaire est affiché, la portion en vidéo inverse indique quelle partie est utilisée. A l’ inverse si on modifie l'audio d'origine, cela se répercute sur les objets.

 

 

 

 

 

Les poignées

 

Objet Audio   Maintenant regardons d'un peu plus près un objet, lorsqu'il est actif (en cliquant dessus, se mettre en mode universel et cliquer dans la partie inférieure de la piste), on peut voir 5 carrés noirs s'afficher. Les deux qui sont présents en bas à droite et à gauche détermine respectivement le début et la fin de l'objet, il suffit d'amener le curseur de la souris dessus pour pouvoir déplacer ces poignées et ainsi modifier la longueur de l'objet, en d'autre terme, on agrandit ou réduit la portion d'audio lue. Les 2 autres poignées qui sont placées en haut à droite et à gauche de l'objet permettent de créer un fade-in et un fade-out qui sont calculés en temps réel, de la même façon que précédemment, il suffit de placer la souris dessus et de les tirer pour modifier la longueur du fade. Nous reste la dernière, celle qui est placée en haut au centre, son action est simple, elle est là pour ajuster le volume. Cette cinquième poignée peut paraître anodine, mais elle permet de gagner un temps considérable en nous évitant d'utiliser une automation du volume.

 

   Lorsque l’on manipule les objets, il est toujours affiché en haut à gauche de la fenêtre Vip, les informations relatives à l’action (durée, volume...).


   Une petite remarque sur l'aspect graphique des poignées : Elles peuvent être vides ou pleines. Si l'objet atteint le début ou la fin du Hdp, la poignée est vide. Le principe est le même s'il n'y a pas de fade ; pour le volume, c'est le cas s'il est réglé à 0dB. Sinon, la poignée est pleine.

 

L’ éditeur d’ objet

 

   Lorsqu'on utilise l'outil universel, la moitié inférieure de la piste sert à la manipulation des objets. Un petit double-clique sur un objet, et s'ouvre alors l'éditeur d'objet :

 

Editeur d'objet

 

   Résumons, on retrouve des informations classiques comme la position de l'objet, les réglages des fades etc... Ce qui est beaucoup plus intéressant, c’est la normalisation en virtuel, c'est d'avoir des réglages d'Eq, de panoramique et de compression propre à l'objet, en plus de ceux applicables à une piste ; rien qu'avec ces possibilités, le travail devient beaucoup plus facile.n’ oublions pas les DirectX. On ne gaspille plus de ressources sur une piste complète pour 2 secondes d'utilisation, inutile de créer une piste supplémentaire ou une automation pour un changement d'Eq et n'oublions pas les crossfades entre objets (que l’ on verra aprés), ce qui signifie par exemple la possibilité de faire des transitions d'effets.

 

Les crossfades

 

   Voilà un autre des gros atouts de Samplitude, la gestion des fades et crossfades en temps réels entre les objets. On a déjà vu les Fade in et fade out pour les objets (avec les poignées) la réalisation de crossfades (fondu enchaîné),  n'est pas beaucoup plus compliqué, il y a 2 méthodes. Ce qu'il faut principalement retenir, c'est que l'objet de droite est toujours prioritaire, et que c'est lui qui "dirige" le crossfade.

 

   1ère solution : elle est toute simple, il suffit d'activer le mode "Crossfade automatique" sur la barre d’ outils, que l'objet de droite aie un fade-in, et de superposer son début sur un objet le précédant. Une fois ceci fait, on obtient quelque chose qui ressemble à l'image ci-contre

Crossfade  

En sélectionnant l'objet de droite et en ouvrant l'éditeur de crossfade, on l'ajuste précisément.

 

 

2ème  solution : Faire une sélection (de lecture) qui chevauche les 2 objets, ouvrir l'éditeur de crossfade (toujours à partir de l'objet de droite) et cliquer sur "capturer sélection". On obtient un crossfade de la longueur de votre sélection.

 

 

   Lorsque l’on active le mode "Crossfade automatique", à chaque fois que l’on coupe un objet, le crossfade définit par défaut s'applique aux objets, ce qui permet de ne jamais avoir de "clic" ; si on crée un nouvel objet, ces paramètres s'appliquent en tant que fade-in et fade-out. C’ est une fonction qui peut s’ avérer très pratique en montage.

 

 

 

Editeur de crossfade

 

Enfin on peut régler très précisement et visualiser les paramètres du crossfade avec l’ édteur de crossfades

 

 

   On note que l’ on peut déplacer les objets même si il y a un crossfade appliqué sur eux, chose qu’ on ne peut faire avec Pro Tools. Sur Pro tools on doit enlever le crossfade de la région, la déplacer, et enfin le remettre.     Avec Samplitude on peut aussi déplacer un objet sur les deux du fondus dans ce cas la durée du crossfade change.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III Traitement audio et Mixage

 

 Il y a deux façons de traiter le son avec Samplitude : -

 

1-soit on fait un traitement «physique» c’ est à dire que l’ on modifie les fichiers sons d’origine ou on en recrée des nouveaux.

Avantages : on demande moins de calcul au processeur…

Inconvenients : on ne peut retoucher son traitement, c’ est une édition destructive si on ne fait pas de copie.

  Si on fait une copie, ça demande beaucoup de place sur les disques durs

 

     2-Soit on fait un traitement virtuel, c’ est à dire que tous les effets et toutes les modifications sont calculées en temps réel

            Avantages : on peut à tout moment changer le traitement sans détruire le son original

            Inconvénients : demande beaucoup de puissance au processeur

 

   C’ est sur le traitement virtuel que je vais insister ici car les possibilités des traitements «physiques» ne sont pas caracteristiques de Samplitude ; on retrouve des options similaires de traitement dans des logiciels comme Sound forge, cool edit pro, ou Pro Tools…

 

A titre d’ indication voilà ce qu’ on trouve dans le menu effect :

 

Je fait préceder de trois croix les effets que l’on peut faire en temps réel

 

***Normaliser...        Normalise les valeurs d'échantillon des données sélectionnées.

 

Permuter Canaux      Permute les canaux gauche et droit d'un signal stéréo.

 

***PlugIns DirectX   Permet de faire appel aux PlugIns DirectX pour appliquer des effets de manière destructive sur les données audio.

 

***Correcteur Paramétrique           donne accès à un correcteur paramétrique 3 bandes.

 

Correcteur Graphique          donne accès à un correcteur graphique 5 bandes.

 

***Correcteur/Analyseur FFT         Correcteur FFT qui permet d'analyser et de dessiner les fréquences des données audio.

 

***Correcteur Dynamique  Processeur de dynamique

 

***Correcteur Dynamique Multibande      Processeur de traitement dynamique multibande offrant les fonctions de compresseur, limiteur, expanseur, gate et distorsion

 

Simulateur d'Espaces           Permet de simuler des effets de réverbération ou d'autres effets.

 

Declipper       Permet d'éliminer l'écrêtage.

 

Eliminateur de DC Offset     Permet de retirer le DC offset des données sélectionnées.

 

Convolution    Fonction de convolution destinée aux effets de réverbération, de délai et de morphing.

Capturer Echantillon de Bruit          Les données sélectionnées indiquent le type de bruit à retirer par la fonction Réduction de bruit.

 

Réduction de Bruit    Supprime de l'échantillon les bruits du type sélectionné via la commande Capturer Echantillon de Bruit.

 

***Dehisser   Retire le souffle du projet Wave sélectionné. Cette fonction ne demande pas de bruit "témoin".

 

***Enhancer Stéréo  Permet de modifier la largeur stéréo, le panoramique et le réglage des 3 bandes de fréquences.

 

***Réchantillonnage / Correcteur Temporel         Réchantillonnage, Correcteur Temporel et Variateur de Hauteur.

 

Convertisseur Fréquence d'Echantillonnage          Permet de modifier la fréquence d'échantillonnage du projet.

 

***Fade d'Entrée/Sortie       Applique un fondu ascendant/descendant sur les données sélectionnées.

 

***Silence Numérique          La valeur des échantillons de la sélection est ramenée à zéro.

 

***Inverser Phase    La valeur des échantillons de la sélection est inversée.

 

Inverser Lecture       Les échantillons de la sélection sont lus à l'envers.

 

***Délai, reverb       Application d'un effet de délai ou de réverberation.

 

***Construire Boucle Physique       Permet de créer une boucle à transition parfaite.

 

Générateur de Formes d'Ondes      Permet de générer des formes d'onde.

 

 

Présentation de la table de Mixage

 

Remarques générales sur le mixage

 

- La table de Mixage de Samplitude ne dépaysera pas les utilisateurs chevronnés de console analogique, car elle est construite de la même façon. Sur la table de mixage, un clic droit sur ou un potentiomètre ouvre la boîte de dialogue de l’effet concerné.

 

On remarque que les pistes sont toutes pourvues de 2 départs auxiliaires que l’ on assigne à des sorties de la carte son. On utilise ces auxiliaires comme sur une console analogique traditionelle : Soit comme retour pour les musiciens dans la cas d’ un enregistrement studio soit comme envoi vers périphériques externes pour les effets. On peut aussi mettre des Plug-ins sur les auxs, et ainsi se servir de ce routing pour mettre des effets.

 

Il est possible de sauver et de rappeler une configuration de la table de Mixage, cela correspond en quelque sorte à la « mémoire de scène » d’ une console numérique.

 

-Lorsque on avance dans le mixage, au fur et à mesure on rajoute des traitements en temps réel, le processeur est donc plus ou moins utilisé. En bas de la la fenêtre VIP, on trouve :

 

c’ est le pourcentage des ressources du processeur qui sont utilisés, c’ est une information très pratique, on sait alors si on peut encore rajouter beaucoup d’ effets en temps réel, avant les erreurs et donc les interruptions de son. Lorsque on dépasse 100 % samplitude nous invite à re-régler la taille et le nombre de buffers ou à réduire le nombre d’ effets ou de pistes :

 

Présentation d’ une tranche

 

 

AUX1 et 2 – ajuste le niveau de départ effet vers le bus AUX1 et AUX2.

 

 

 

 

Délai, reverb,

 

Dyn – ajuste le taux de compression ;

 

 

 

 

EQ– atténue/amplifie les fréquences aiguës, moyennes ou graves ; cliquez dessus avec le bouton droit de la souris pour afficher la boîte de dialogue du correcteur. 

 

Pan – ajuste la position de la piste dans l'espace stéréo. Pour les fichiers stéréo, une seule variation du potentiomètre agit sur les deux pistes.

Mute – coupe le signal de la piste.

 

Solo – fait passer la piste en mode d'écoute solo.

 

Auto – active l'automation des faders de la piste. Au cours de lecture, tous

Tous les déplacements de faders et de Panoramiques sont enregistrés

DirX : - cette touche permet d'insérer des PlugIns DirectX sur le trajet du signal de la piste

 

 

 

 

 

 

 

 

La section master

 

 

Correcteur Dynamique Multibande (que nous étudierons plus tard)

Limiteur : la fonction du limiteur est d'empêcher que le signal de sortie général ne dépasse un certain niveau. Le potentiomètre permet de régler le niveau de Seuil en dB (avec la valeur -4 dB, toutes les crêtes au dessus de –4 dB sont ramenées à un niveau de -4 dB). On peut également se servir du Limiteur comme d'un compresseur.

EQ du Master

 

 

 

Dehisser général (avec correcteur FFT) (que nous étudierons plus tard)

 

Enhancer stéréo (controleur de largeur stéréo)

 

Faders de Volume : Ils règlent le volume de sortie général.

Norm : le fait de cliquer sur cette touche place les faders de volume de façon à ce que les passages les plus forts du signal atteignent 0 dB. Cette fonction nécessite que l’ on se mette en lecture sur les passages les plus forts du projet VIP. Le niveau maximum s'affiche au cours de la lecture. Lorsque on clique sur la touche Norm, Samplitude ajuste le volume général de sorte que le signal soit référencé très précisément à 0 dB

 

DirX : insertion d’ effets sur le master

Link : Couple les faders gauche et droit de la section général pour obtenir un fader stéréo.

 

 

 

Le correcteur dynamique multibande

 

   Le correcteur dynamique multibande permet de modifier la dynamique du signal et ce en réglant jusqu'à quatre bandes indépendantes. Le signal est divisé en bandes de fréquences séparées, chacune traitée individuellement par un correcteur dynamique. Une fois traitées, toutes les bandes sont rassemblées sans variation de phase ni modification de la réponse en fréquence. Si on décide de réunir les bandes de fréquences sans traitement, on retrouve le signal d'origine sans aucune dégradation.

 

   Par rapport à un compresseur traditionnel, le correcteur dynamique multibande offre l'avantage de ne pas entraîner d'effets secondaires de type "pompage" sur le son. Par exemple, la présence d'une crête dans les graves atténuerait le reste du signal pendant l'action du compresseur. Ce problème est totalement éliminé grâce au correcteur multibande car il traite chacune des bandes séparément.

 

   On peut donc régler tous les paramètres de compression (rapport, seuil, attaque, retour, niveau du gate, réglage du gain de sortie) sur une plage de fréquences que l’ on choisit.

 

 

 

Le dehisser

 

   Le dehisser ou éliminateur de souffle est une fonction assez simple à configurer, mais très puissante. Il fonctionne en complément du réducteur de bruit (du menu effets). Il permet de retirer du signal sonore le bruit blanc de faible niveau constant (souffle). On trouve en général ce bruit de fond sur les signaux sonores enregistrés au moyen d'un préamplificateur micro ou de mauvaises cartes son.

Le Dehisser ne nécessite pas de bruit-témoin comme l'exige la fonction de réduction de bruit.

 

Absorption (1 à 100) :

Ce paramètre permet de fixer le niveau de seuil entre le signal de souffle et le signal audio. C'est le paramètre le plus important dans la réussite de la suppression du souffle. Contrairement au Réducteur de Bruit qui fixe automatiquement une valeur d'absorption, vous devez fixer par vous-même la valeur d'absorption du Dehisser en fonction du signal sonore à traiter. Des valeurs trop faibles risquent de ne pas supprimer totalement le souffle ou de faire apparaître des bruits parasites. A l'inverse, des valeurs trop élevées risquent de dénaturer le signal audio. Plus le volume de signal audio est élevé, plus la précision de ce réglage est important.

 

Réduction (0 à 30 dB) :

Fixez à ce paramètre la quantité de réduction de bruit désirée. La valeur maximale s'élève à –30 dB. Attention : Si la valeur de réduction est faible, le risque de voir apparaître des bruits parasites (artefacts) reste faible. Ces artefacts peuvent apparaître lorsque le signal audio est relativement fort ou lorsque le paramètre Absorption n'est pas réglé correctement.

Les passages au volume très bas sont souvent délicats (comme le fade out d'un instrument), car il arrive que le niveau du souffle dépasse celui du signal audio. Dans ce cas, il est préférable de diminuer la valeur du paramètre Réduction (-10 à –15 dB), ce qui peut, par ailleurs, réduire les éventuels artefacts et mener à un bon compromis.

 

 

Récapitulatif : ordre des traitements informatiques

 

            1.         Edition de la forme d'onde (Edition destructive)

            2.         Effet et manipulations sur les objets des projets VIP (Traitement en temps réel)

            3.         Automation du volume et du panoramique et fader de volume de la Table de Mixage des projets VIP (Traitement en temps réel)

            4.         Effets temps réel des voies de la Table de Mixage (Traitement en temps réel)

5.                  Effets en temps réel de la section générale de la Table de Mixage

 

Dans l’ étude d’ un synoptique plus aprofondi on trouve quelques bizarreries : telles que le point d'insertion des pistes ainsi que leur compresseur qui sont Post-Fader – on éspère que SEK’D corrigera ces erreurs dans les prochaines versions.

 

IV Mastering, gravure CD

 

  C’ est une autre grande force de Samplitude : pouvoir concevoir un produit du début jusque à la fin : de l’ enregistrement, à l’ édition, au montage, au mixage, jusqu’ à la gravure. Le logiciel accepte la plupart de graveurs de CD récents qu’ ils soient IDE ou SCSI.

 

   Pour indiquer les plages on clique juste sur la barre des taches sur l’ icône , on met alors le début d’ une plage à l’ endroit du curseur On peut aussi demander à Samplitude de mettre les plages automatiquement en fonction des objets, le début d’ un objet sur la première piste correspond alors au début d’ une plage.

 

   Une fois le mixage terminé, on a trois possiblités pour lancer la gravure :

1-     On lance la gravure d’ un projet multipiste directement ; tous les effets sont calculés en temps réel, sans bounce, sans prémixage. Samplitude est un des seuls logiciels capable de cela actuellement. Avantages : aucune attente, gravure directe

                                          Inconvenients : la vitesse de gravure dépend du pourcentage des ressources du processeur qui sont utilisées. On doit être toujours en dessous de 25 % pour graver en 4x, 50% pour graver en 2x, 90% pour graver en 1x, au dessus de 90% on est contraint à réaliser un bounce

 

2-     On réalise un prémixage interne du CD (bounce) Samplitude crée alors un ficher Wav (et donc HDP) à partir d’ un projet VIP. La durée du bounce ne dure pas la durée du projet car on entends pas le fichier qui est ainsi crée (Inverse de Pro tools). Ensuite un crée un nouveau projet doté de une piste stéréo, on importe le fichier Wav, enfin on lance la gravure.

Avantages : gravure plus rapide et plus sure, on soulage le processeur

                                         Inconvenients : temps du bounce, le fichier crée prends de la place.

 

3-     La 3ème méthode correspond au Bouce du Pro tools. Sur la table de mixage, on coche  

 

 la case « mixer un fichier »,  traduction de « Mix in file ». Ainsi le signal qui sort de la section Master est envoyé dans un fichier Wav qui est crée en direct. Cette méthode correspond à celle de Pro Tools car la durée du bounce est la même que celle du projet, ce que l‘on entends correspond à ce qu’ on entendra dans le nouveau fichier Wave stéréo. Ensuite on crée un nouveau projet doté de une piste stéréo, on importe le fichier Wav, enfin on lance la gravure.

Avantages : gravure plus rapide et et plus sure que la gravure directe, on soulage le processeur, on contrôle une dernière fois le projet final

Inconvenients : temps du bounce, le fichier crée prends de la place.

 

On choisira la méthode à utiliser suivant le type et la longueur du projet.

V Synchronisation-post production video

Synchronisation avec un sequenceur

Samplitude fait aussi de l’édition midi, mais pour ceci rien ne remplace un vrai séquenceur. Nous allons voir comment synchroniser Samplitude avec un sequenceur sur le même ordinateur

   En premier lieu pour que les logiciels puissent dialoguer entre eux. Il faut les relier ensemble. C'est une des fonctions proposé par les logiciels "Hubi Midi Loopback device", "Virtual Midi Router" ou "Midi Yoke".Ce dernier est gratuit et est l’ un des plus simple à configurer c’ est avec lui que nous allons faire la démonstration.

Configuration de MidiYoke

 Il suffit de choisir le nombre de port que l’ on va utiliser, ce qui correspond au nombre de cordon midi virtuel dont on aura besoin. Dans notre cas, un seul suffit, mais voyons large, choisissons-en deux !
Les paramètres de "Midi feedback" correspondent  à la manière que Midi Yoke utilisera pour détecter une boucle midi afin de la désactiver avant que l'ordinateur ne se bloque, laissons le réglage par défaut.

 

 

Propriétés de synchronisation de Samplitude   Dans tout Protocole de synchronisation, on doit choisir un maître et un esclave, dans notre cas, nous allons définir Samplitude comme maître, c'est à dire que c'est lui qui fournira le code de synchronisation au séquenceur.

   Commençons par paramètrer Samplitude : on ouvre la boite de dialogue de synchronisation (menu Fichier->Préférences->Synchronisation). Il faut choisir le type de synchro, choisissons MTC (Midi Time Code), car elle est indépendante du tempo défini dans les 2 logiciels. Sélectionnons le périphérique "MIDI Yoke Junction  et définissons le nombre d'images par seconde du code SMPTE (Le MTC n'étant qu'une manière parmi d'autre de faire circuler du code SMPTE); dans la plupart des applications musicales, on choisira le 25 img/s. Pour finir il faut activer la sortie MTC.

 

   Maintenant, le MTC circule dans le cordon midi virtuel qu'est Midi Yoke, il ne nous reste plus qu'à dire au séquenceur qu'il doit le recevoir et s'y conformer. Tout d'abord, il faut "brancher" notre cordon virtuel sur une entrée du sequenceur qu’il faut configurer.

   Le MTC arrive alors dans le sequenceur, il nous reste à lui dire qu'il doit le suivre à la lettre. Il suffit d'indiquer qu'il doit se synchroniser sur le SMPTE entrant, et lui spécifier le format utilsé. Maintenant, lorsque on lancera la lecture dans Samplitude, au bout d'une ou deux secondes le sequenceur se synchronisera.

   Si on veut synchroniser Samplitude avec une machine externe, c'est beaucoup plus simple puisqu'il n'y a pas besoin de cordon virtuel, il suffit juste de sélectionner le port sur lequel arrive (ou part) la synchro.

 

   Lors d’ une synchro avec une machine exterieure, il est plus sure de mettre l’ ordinateur (samplitude) en esclave plutôt qu’ en maitre…

 

 

Post production video

 

Il y a deux méthodes :

 

1-     soit on synchronise samplitude avec un apparail exterieur qui synchronisera (via le midi) Samplitude avec un lecteur vidéo, dans ce cas la synchronisation se fait comme précedemment.

2-     soit on importe de la video dans l’ ordinateur, c’est cette méthode que nous allons étudier ici. Cela necessite bien entendu soit d’ avoir une carte d’acquisition vidéo, soit d’ avoir la vidéo déjà sur un support informatique.

 

   Samplitude se synchronise principalement avec les fichiers de type AVI, on peut se synchroniser avec les fichiers MOV sous peine d’ avoir le logiciel Quick Time mais les options de Samplitude sont très restreinte pour ce type de fichiers.

 

   On peut afficher la piste vidéo à l’ intérieur du projet VIP qui indique chaque image du fichier AVI. Cela nous renseigne précisément sur la position de nos données audio par rapport aux images du fichier AVI. Lorsque on fait un zoom avant dans la fenêtre, on remarque que la piste vidéo s'agrandit également. Au niveau de zoom avant maximum, toutes les images du fichier AVI s'affichent dans la piste vidéo et on dispose ainsi d'une résolution à l'image près. On gagne ainsi un temps très précieux pour caler les sons aux images.

 

 

 

.

 

 

 

 

 

Comparaison au logiciel Pro tools 5.1

 

 

 

 

Plateforme informatique 

 

 

 Cartes son compatible

 

 

 

  Systeme de calcul pour le son

 

 

 

Facilité du montage

 

 

 

 

Effets et Plug-ins

 

 

 

 

 

Gravure

 

 

 

 

Possibilités de routing

 

 

 

Automation

 

 

 

Pro tools 5.1

 

 

Mac os réputé plus stable et fiable que Windows

 

 

 Uniquement les cartes sons Digidesign 

 

 

Cartes equipées de DSP

 

 

 

 

Découpage des pistes en région que l’on ne peut traiter differemment en calcul virtuel sans utiliser d’automation

 

Compatible plug-ins TDM. Livré avec des effets de base : correcteur de tonalité, de dynamique…

 

 

 

Obligation de créer les fichiers sons et de passer par un autre logiciel : perte de temps

 

 

Interessantes : création de groupes de pistes, d’envoi, de pistes auxiliaire, de piste master…

 

Enormes : outre les courbes de volumes et de panoramique sur les pistes audio, midi, auxiliaires, ou master, chaque paramètre de chaque plug-ins est automatisable.

Samplitude 2496 5.55

 

 

Windows 98/NT/2000 moins fiable

 

 

Compatible avec la plupart des cartes sons PC

 

 

Natif : les calculs sont uniquement fait par le processeur de l’ordinateur, on a besoin d’ un processeur très puissant

 

Samplitude dispose d’un editeur d’objets qui permet de donner des reglages differents aux objets en calcul virtuel

 

Compatible plug-ins directX.

Les plug-ins avec samplitude    sont interessants : compresseur multibande, reducteur de souffle, simulateur d’effet stéréo…

 

Samplitude gére la gravure et même en direct : les calculs s’effectuent pendant la gravure, pas de besoin de faire de bouce.

 

Peu concluant, que des groupes de fades pour les pistes, limitation à 2 auxiliaires…

 

Limité au courbes de volume et panoramique sur les pistes midi et audio. Les changements d’effets dans le temps sont effectué en mixant les differents objets.

 

Retour aux dossiers

sommaire