Bienvenue
La bible de l'automobile

Vue classique de la 944 !
La 944 S2.
Le plus gros 4 cylindres du monde.

Elle date de 1992, achetée en juillet 1998 avec 70.000 km au compteur.
110.000 km en août 99.
Intérieur nickel, sauf le pomeau de levier de vitesse tout usé sur le coté droit.
(prix neuf : 320.000 F)

A l'avant !
4 cylindres en ligne, 2990 cm3, 16 soupapes
211 CV, 28,5 mKg
249 Km/h
27,1 s au 1000m

Tenue de route ?
Cool, sauf sur la neige ou le verglas (voir Pires souvenirs)
Freins ?
ABS.
Le premier plein : moins de 10l/100. (conduite principalement sur autoroute, entre 140 et 160)
le dernier plein : pareil.
Entendre les copains raler quand ils doivent monter derrière.
Entendre et voir les filles raler quand elles doivent monter derrière.
Le stress de la facture (pas si impressionnantes que ça d'ailleurs).
Un tête à queue en ville pour éviter un cycliste alcoolique (alcool au guidon !).
Un retour Dunkerque-Lille un jour de neige :
La conso ?
sur autoroute, en étant calme : moins de 10l/100 (8l en étant très cool)
Assurance ?
8000 F par an tout risque avec 30% de bonus.
Prix d'achat ?
92.000 F en comptant l'alarme, la radio et la carte grise (17cv).
Réparations ?
entretien normal (hors Porsche) : 1300 FF.
grosse révision (freins) : 2500 FF.
Courroie de distribution à 80000 Km chez Porsche : 3500 FF.
Révision tous les 20.000 Km.
Vignette ?
1797 F dans le Pas de Calais, avec 50% + de ans (17cv).
Note du webmaster :
La bête a été vendue. elle revient tout compris à 1,50 F/Km (essence/assu/entretien/décote)
Difficile.
Idéal : la mettre devant le fait accompli.
Le proprio, grand timide, a désiré rester anonyme...



Note du webmaster :
J'ai essayé la bête :
* 20 km au volant,
* plusieurs milliers de Km en passager à droite, ou pire, derrière,
* et 25 km à la remorquer (la seule fois ou elle est tombée en panne, pb électrique)
C'est beaucoup plus agréable à conduire qu'à tracter ! En fait, c'est très coupleux, y'a pas le coup de pieds aux fesses d'une turbo, et puis le fait de rouler plus bas, dans un coupé, Porsche qui plus est, c'est quelque chose qui fait pardonner quelques sensations.
La voiture est stable, sauf par vent latéral (il faut se battre avec un peu).
Le bruit du 4 pattes est superbe au dessus de 4500, il devient rauque et agressif...
Les places arrières sont une punition. La place avant aussi si il y a un troisième passager. Seule consolation : être 4, le conducteur est aussi serré que les autres dans ce cas.
Un superbe jouet.
En plus, j'ai l'impression que ça attire pas mal les minettes (n'est ce pas Olivier ?, Oh, pardon Valérie) !


Voici la copie d'un courrier que j'ai reçu du proprio de la 944, un soir de neige...
Le 12 janvier 1999.

"Putain de temps de merde !"
Telle est la phrase la plus souvent entendue ce soir dans un Porsche 944S2 de 1991.
He oui, je peux le dire sans le moindre doute, la Porsche et la neige ne sont pas faits pour s'entendre. Oh, non ! Aprés un départ de la ville du grand nord, Dunkerque, vers 17h. Un début de trajet sans histoire, la situation s'est rapidement déteriorée. A peu prés à la même vitesse que ma moyenne horaire. Commencé à 140 à la sortie de Dk, celle ci a terminé à 20 km grand maximum à xxxxxx.
On remarquera que la route est beaucoup plus longue à cette vitesse là, qu'à 180 km/h. Beaucoup plus longue. A peu prés 4 fois plus. Putain de temps !
Putain une Kangoo c'est top ! He oui, vous le penserez vraiment dans ce cas là.

Quelques conseils pour un pauvre bougre avec 200 cv et une propulsion sur la neige.

Les problèmes dans ce cas là sont au nombre de 201. 200 cv + la propulsion. Ca fait beaucoup pour un seul homme.
Il faut savoir que le problème de la propulsion ce n'est pas l'avant. Non, l'avant est docile lui. Pas de soucis avec lui. Non, le soucis c'est l'arrière. L'arrière vit sa vie. Sa propre vie. Il n'en a rien à faire de l'avant. C'est un peu comme un gamin de Denis S. ca aimerait bien obéir, mais il ne peut pas. Ce n'est pas dans sa nature. Et la neige ca l'exite. Alors il faut faire avec, ne pas le tenter. Non surtout pas.
Attention aux bordures. Les bordures peuvent etre des amis. Elles seront bien utiles pour tourner par exemple, particulierement si c'est un stop en cote et qu'il faut tourner à droite. Alors là on est content de trouver un allié à ce moment là. Mais il faut bien les choisir. Certaines peuvent etre des ennemis farouches. Par exemple elles vous laissent monter sur la bordure sans rien dire, mais elles sont bien contentes de vous expulser brutalement vers leurs voisines d'en face. Et là il faut esperer que c'etait dans le cahier des charges Porsche 944. Résister à un choc lateral à 10 km/h.
Il est marrant de remarquer qu'apres un choc de ce genre, le conducteur est sur d'avoir explosé un pneu ou plié une roue. Alors qu'aprés observation, il n'y a rien a remarquer.
Il faut savoir aussi que depasser 1100 tours, revient à se lancer dans une figure circulaire. Chaque tour supplémentaire équivalent à 1 degrés de rotation. Et les degrés ca va vite. On ne penserait pas comme ça mais ca va vite. Il y a d'ailleurs un avertisseur en option. Un avertisseur qui vous accroche le bras, crie, siffle à chaque écart de la trajectoire idéale. C'est la Valérie. Ca ne corrige en rien la dite trajectoire, mais ca rajoute à l'ambiance. Ambiance rapide lourde. Il faut dire que voir une bm parci, une 505 par là incapable de monter le pont qui vous sépare de votre objectif, ou de prendre un virage aboutissant à ce pont, n'est pas pour rassurer le chauffeur et ses passagers. Ceci malgré l'évident don de celui ci.
Je vais maintenant vous faire profiter de mon expérience.
Le secret est le suivant. Ne pas avoir de jambe droite. Ne jamais, mais alors jamais toucher à l'accélérateur. Et quand je dis jamais, c'est jamais ! Sous peine de sanction immédiate ! Ca peut sembler simple au premier abord. Et bien, il n'en est rien. L'accélérateur sur une porsche, c'est comme un aimant pour le pied. Enfin, là il faut être fort, très fort et pas Ford du tout.
Donc la technique est concretement la suivante. Pour demarrer :
On passe la première. On debraye doucement, trés doucement. On contre braque un peu. un peu plus. encore un peu plus. beaucoup. on lache l'embrayage. on prend appuit sur la bordure pour se remettre en ligne. On se remet en ligne.
On recommence la même opération avec le seconde.
Les plus fous, pourront recommencer l'expérience avec la troisième.
On prie pour l'on puisse continuer à 20; voir 22 km/h le plus longtemps possible.
En cas de tentative du train arrière de reprendre le pouvoir, on debraye et on se remet en ligne. Un putain de temps ! peut soulager. C'est trés bref, mais ca fait du bien. Chaque instant de bonheur est à saisir sans hésitation. C'est peut être le dernier. Ca doit couter bonbon a reparer une caisse de 200 cv.
(Ndlr :Tiens Hubert Deschamps a jouer dans inspecteur la bavure.)
Il faut dire que même a cette vitesse là personne ne vous double. et pour peu que le gars qui est derriere ait assisté a votre dernier démarrage, il gardera ses distances par instinct de conservation.
Donc avec beaucoup de patience, et de chance, vous voilà devant votre garage. Vous vous dites bien naturellement que vous êtes tiré d'affaire. C'est peut etre le cas si votre garage est trés large. Mais alors trés large. L'idéal c'est deux fois plus large que long. Mais c'est rare. Trés rare. Parce que l'arrière ce dit que c'est ca derniere chance de s'exprimer serieusement. Alors il va tout faire pour se faire entendre le cochon ! c'est que ce n'est pas tout de rentrer l'avant. Il faut aussi rentrer le rebelle. Sinon autant la laisser dehors. Il faut meme mieux la laisser dehors. Ca vous permettra de fermer le garage. De toute facon celui qui voudrait vous voler la voiture ce jour là serait un amateur qui ne connait rien aux voitures ou qui n'a pas regardé le journal régional. C'est assez joli une voiture de 200 cv sous la neige !
Enfin bref, il faut une certaine dose de patience et de persuation pour rentrer la voiture. (Ndlr : si en plus l'entrée de votre garage est en pente, gardé un peu d'argent pour acheter une pelle et du sable. Ca pourrait etre utile)
Mais une fois que la voiture est rentrée, même si vous avez les pieds glacés dans la neige, c'est un grand moment de bonheur !
Putain de temps


Voilà, je crois que ça méritait d'être connu du grand public !!!

 

--> Le grand public m'a lu, et m'a répondu (Patrick) :

Mon nom est Patrick et j'habite en haute savoie. Je possède une 944 de 1985 et j'ai lu ta petite histoire sur l'impossibilité de rouler sur neige... Avec des pneus routes et larges, je suis d'accord. Mais avec les gommes appropriées, ça devient vite un petit jeu. Ma voiture me traine tous les week end hivernaux en station de ski (argentière, megève, les gets, la clusaz...) et mis à part le rinçage obligatoire (sel) au retour de chaque journée, je n'aurai qu'une conclusion : une porsche sous la neige avec des pneus neige, c'est fun... Patrick.

--> D'un autre coté, une connaissance en 944 turbo vient de se payer un tête à queue à 130 sur autoroute mouillée, le débat est relancé !

--> Encore autre chose, de la part de Sebastien, possesseur d'une 944 S2 lui aussi(voir : www.asarus.com)

Possesseur d'une 944 S2 de 1991, j'ai particulièrement apprécié le passage raconté de conduite par mauvais temps ! C'est d'une vérité criante, je retrouve exactement ce que je pense et explique à certains de mes amis qui n'arrivent jamais à me croire... tant qu'ils ne sont pas montés avec moi par temps de pluie intense ou neige ! En plus, mon véhicule accentue encore ce qui est décris dans le sens ou je possède l'option M030 qui consiste en 4 amortisseurs Koni Sport (très fermes) et une hauteur de caisse diminuée de 2cm ! Enfin, grâce à quelques modifications d'échappement et de filtre à air, je suis à environ 220ch, et avec des pneus arrières qui ne sont maintenant plus neufs, ça n'arrange pas les choses ! Chaque fois qu'il y a de la pluie intense, je me fais régulièrement doubler par des semi remorques (quand ils ont une 2 voies à leur disposition) ainsi qu'un tas de petits utilitaires ! J'ai échappé de justesse à un dépassement par un 2cv il y a quelques mois :) Et le pire, c'est qu'il faut savoir rester humble, le moindre sursaut d'orgueil met la voiture en travers ! (y compris sur une décelération un peu haute en régime). Et puis, on a tellement de facilité à se "venger" ensuite quand il fait sec, qu'il faut bien accepter de se faire charier un peu :)