« Donc, au bout d'un mois, j'ai commencé à me ressaisir. J'ai voulu procéder à beaucoup de vérifications. D'abord, j'ai voulu dessiner ce que j'avais vu. Je suis très exigeant avec moi-même. Je n'étais jamais satisfait de mes représentations. Alors j'ai regardé dans les pages jaunes de l'annuaire les coordonnées d'artistes dessinateurs, dans la région, sur Grisy les Plâtres. J'ai téléphoné à Grisy les Plâtres : l'artiste ne m'a visiblement pas pris au sérieux. » (Note de l'enquêteur : cette démarche est crédible : l'artiste en question est de renommée mondiale. Le témoin m'a donné son nom, ses coordonnées sont en clair dans les « pages jaunes ». C'est un artiste que je connais personnellement : mes parents sont amis avec ce couple depuis 50 ans. Je leur ai téléphoné ces derniers jours : l'épouse se souvient vaguement de ce coup de téléphone. Son artiste de mari s'en souvient moins précisément : il m'a expliqué qu'il reçoit souvent des demandes spontanées par téléphone, et qu'il répond systématiquement par la négative. Ses œuvres ont une grande valeur marchande, c'est son gagne-pain. Il ne dessine et peint que ce qu'il juge rentrer dans ses compétences, et selon ses propres choix exclusivement. Voilà ce qu'il m'a expliqué).

« Alors j'ai bien compris que personne ne me prendrait au sérieux, je décidai de tout faire pour élucider au mieux cette rencontre, tout seul. Il fallait absolument que je représente ce que j'avais vu, j'avais tous les détails imprimés dans la tête. Je décidai d'améliorer la qualité de mes dessins en prenant contact avec un cours de dessin, jusqu'à ce que je sois satisfait de mes représentations. Je vous donnerai tout à l'heure le résultat de ce travail.

(Simplement, sur le document 1, où mon véhicule est représenté correctement à l'échelle, « l'engin » dont les projecteurs inférieurs sont éteints, est représenté un peu haut. Cela permet de représenter tous les détails nécessaires. La vérité, sur ce cliché, c'est que le phénomène, à ce moment, était vraiment à une petite dizaine de mètres d'altitude, pas plus, comme je l'ai déjà dit tout à l'heure). »

« Je ne me suis pas contenté de ce travail : j'ai acheté des revues spécialisées. C'est d'ailleurs comme cela que je suis rentré en contact avec votre organisme. J'ai fait un certain nombre d'autres vérifications. J'ai téléphoné à la gendarmerie de Marines, à la tour de contrôle de l'aérodrome de Cormeilles-en-Vexin, à la gendarmerie de Pontoise, à celle d'Auvers sur Oise, à la Mairie de Grisy, à celle de Haravilliers. Personne n'a rien vu, n'a entendu parler de quoi que ce soit, à ce que l'on m'a dit. Cependant une anecdote... (Tous ces points sont en cours de vérification par l'enquêteur). Donc voici l'anecdote : dans la représentation de la trajectoire de l'engin, je me suis aperçu que celui-ci avait survolé la maison du Maire de Haravilliers. J'ai interrogé le Maire de Haravilliers, et voilà ce qu'il m'a dit : j'ai une habitude à laquelle je ne déroge jamais, je suis un lève tôt, vraiment. A 6 h, c'est certain, je suis déjà debout, tous les jours, sans exception. Eh bien ce 10 janvier, je ne sais pas ce qui m'est arrivé, mais j'ai dormi comme un loir. Et ce n'était vraiment pas le jour, j'avais en effet une importante réunion en Mairie ce matin là, j'ai bien failli être en retard (note : j'ai vérifié ce point avec le Maire de Haravilliers, qui m'a confirmé ce détail en tout point, et même au-delà, puisqu'il ne s'est réveillé qu'à 9 h 45 alors que sa réunion commençait précisément à cette heure là !).

Voilà ce qui m'est arrivé ; j'ai aussi pris d'autres initiatives : je ne sais pas pourquoi, plus que jamais, je me suis posé encore plein de questions sur l'affaire Franck Fontaine, qui avait défrayé la chronique en son temps, affaire qui m'avait beaucoup intéressé. Après les événements du 10 janvier, j'ai éprouvé le désir d'aller à St-Ouen-l'Aumône, pour rencontrer des gens qui connaissaient Franck Fontaine, je voulais avoir de ses nouvelles, essayer d'avoir peut-être de nouvelles informations sur cette incroyable histoire, qui m'a toujours laissé perplexe. Eh bien, croyez-moi ou non, savez-vous quelle est la personne avec laquelle j'ai commencé à bavarder quand je suis arrivé à St-Ouen-l'Aumône ? Eh bien, le propre père de Franck Fontaine. Il paraît complètement démoli, cet homme. Il n'a même plus de nouvelles de son fils. Ce sont des gens brisés, apparemment. J'ai trouvé cette rencontre bien curieuse. Je ne peux guère vous en dire plus, vous en savez presque autant que moi maintenant. Je vais partir en vacances. Il faut que je me repose. Je suis d'accord pour que nous nous revoyions au mois de mai. Je corrigerai votre rapport. Je comprends que vous souhaitez vérifier un certain nombre de choses. Ce n'est certes pas une histoire ordinaire. Je pense que les autres témoins ne feront pas de difficultés pour vous rencontrer. Mais je vous en prie, respectez scrupuleusement notre anonymat. Je vis tranquille, je veux que l'on me laisse tranquille. Si je ne reste pas anonyme, on ne me laissera pas tranquille, c'est impossible. »

J'ai promis. La Banque Internationale de Données Ufologiques respectera sa promesse, mais nous continuerons certaines vérifications sous notre nom. La presse pourra être informée, ainsi que toutes autorités et organismes aptes à faire progresser une recherche qui est indispensable, au regard des intérêts bien compris de toute l'humanité. A noter que selon des informations récentes en provenance des Etats-Unis, un autre vaisseau de 45 m de diamètre aurait été aperçu par deux militaires, ces derniers jours (communiqué par Franck Marie). Nous donnerons toutes informations utiles au fur et à mesure de nos investigations.

Phénomènes physiques sur le témoin

Ce 13 mai, les problèmes étaient pratiquement résorbés au niveau des yeux, et la tache brune sur la pommette gauche avait pratiquement disparu.

Après quelques jours d'une curieuse symptomatique, M. D., avec l'aide de sa femme, a percé un très gros furoncle situé au niveau de la hanche, le lundi 20 avril. Cela a fait une espèce d'excavation d'environ 1 cm. En « manipulant » ce furoncle, ça a fait un drôle de craquement qui les a tous les deux surpris. Au fond du cratère, il y avait un espèce de germe gros comme un grain de riz de belle taille, qui a été expulsé. Le jour même, et depuis lors, M.D. a constaté que les pensées « étrangères » qui l'importunaient régulièrement avaient pratiquement disparu. Il a fait un certain rapprochement entre les deux phénomènes... mais pas de certitude évidemment.

Seconde vision d'un « gigantesque » phénomène, le matin même de ma seconde visite, le 13 mai vers 0 h 50

Le témoin avait du mal à s'endormir, il faisait très chaud. Comme souvent depuis ce fameux 10 janvier particulièrement, il aime porter son regard au loin... Ce matin là donc, pas encore couché, en regardant vers cette magnifique pleine lune, il voit se fourrer une gigantesque flèche dont la lune occupe le centre, en quelque sorte. La surface lunaire apparente ne semble pas affectée par le phénomène. Cette « flèche » devient d'un tracé si parfait qu'on la croirait sortie tout droit « d'une table à dessin ». Elle est très blanche, (un peu comme apparaîtrait une traînée de condensation d'avion, très concentrée). Le dessin en annexe illustre cette vision. A bout de bras, l'ensemble du phénomène mesure... 50 cm ! Cette flèche apparaît parfaitement parallèle à l'horizon. Au moment où son tracé dans le ciel se dessine le plus nettement, un peu à l'écart, à droite, et en dessous, apparaît une espèce d'étoile très brillante, qui, tout à coup, descend rapidement dans le paysage, « en feuille morte ». (Voir en annexe, le dessin réalisé par le témoin lui-même).

Cette descente se termine par une espèce de jet d'étincelles. Progressivement, la flèche se résorbe dans l'espace, puis tout redevient « normal ». M.D. ne comprend pas pourquoi il n'a pas eu l'idée d'appeler sa femme pour regarder ce curieux phénomène. Sa femme avait été mise au courant de cette histoire, bien entendu, dès le matin, lorsque le couple eut terminé sa nuit.

21 mai : une demande urgente de la part du témoin

A la demande du témoin, qui m'a téléphoné ce jeudi 21 mai au matin, celui-ci a manifesté le désir de me rencontrer si possible le jour même. RDV a été pris pour 14 h 30, à son domicile, pour 3 h d'entretien environ. Voici les éléments que j'ai retirés de cet entretien :

1/- Confirmation des circonstances de la rencontre avec le phénomène, le témoin se plaint d'avoir de nouveaux problèmes d'irritation avec ses yeux.

2/- Le témoin se souvient depuis un certain temps de choses qu'il n'a pas pu me dire jusqu'à maintenant :

Pendant la période d'anesthésie vécue par l'ensemble des passagers de sa voiture, lui a subi une autre expérience : la notion de temps telle que nous la ressentons tous a changé de sens pour lui, à ce moment là : tout s'est en quelque sorte immobilisé autour de lui, et il a pénétré dans une autre dimension temporelle. Il a été extrait de sa voiture, il ne sait comment, s'est retrouvé allongé comme sur une table, avec à sa gauche, tournée vers lui, l'entité au « heaume ». Celle ci semblait seule. Un mot a été prononcé à ce moment, et les lettres, comme la silhouette du heaume, demeurent inscrits dans son esprit. Il s'est souvenu de ce mot vers le 20 avril ; le mot TOBRO. Le 19 mai, alors qu'il reparlait de ce mot avec sa femme, celle-ci suggéra que TOBRO était l'anagramme de... ROBOT.

3/- Il reste une séquelle de cette intrusion dans un espace temporel différent : la vision lointaine du témoin a changé. Lorsqu'il regarde la voûte céleste, il a l'extraordinaire impression de se trouver beaucoup plus près des astres qu'il voit. La lune lui apparaît avec des détails et une netteté inconnus jusqu'alors. Comme si sa vision lointaine avait changé de nature, en quelque sorte.

4/- Le témoin continue à ressentir des effets physiques de diverses natures, en particulier des formes de micro-courants qui traversent son corps, sortent par ses paumes comme de micro faisceaux d'énergie. Malgré l'histoire du « furoncle », dont l'origine lui apparaît de jour en jour totalement liée à l'expérience dont il a été la victime, il pense qu'il est encore « implanté » par autre chose et que tout cela n'est pas gratuit. En effet :

5/- Pour lui, s'il y avait d'autres personnes qui l'ont en partie accompagné dans cette expérience, (les occupants de la voiture et ceux des deux autres véhicules), c'est que le phénomène avait jugé nécessaire que ces personnes puissent témoigner pour crédibiliser tout ce que le témoin est chargé de transmettre. Donc effectivement, il est de la plus haute importance pour M.D., que ces personnes témoignent aussi. Il cherche un moment favorable, car ce sont des personnes très peu disponibles, et il doit les convaincre.

6/- Le phénomène, au travers des nombreux messages transmis, a signalé au témoin qu'il se manifesterai à lui une seconde fois. Et le témoin est certain qu'il s'agit de ce qu'il a vu le 13 mai, (voir le rapport principal), et qu'il assimile complètement, non à une flèche, comme je l'ai écrit, mais à l'aiguille d'une boussole.

7/- Au sujet de « l'astre » qui s'est formé à côté de la « boussole », le 13 mai, il est clair pour le témoin que ce spectacle était une véritable « signature », une description symbolique du message qu'il a à transmettre, (point n° 8 ci-après). Là aussi, si cette signature ne s'était pas manifestée, le témoin est persuadé qu'il n'aurait pu parler à personne de ce qu'il avait vu ce matin là, il n'en aurait d'ailleurs pas parlé du tout si les phénomènes précédents ne s'étaient pas déroulés. Ce qu'il a vu ce matin du 13 mai, c'était, il me le répète avec beaucoup de netteté, à la droite de « l'aiguille de la boussole », un peu en contrebas, cet « astre » qui s'est mis en mouvement, en sautillant comme une feuille morte qui tombe, et qui représentait la terre, la terre déstabilisée tout à coup par un événement cosmique considérable. Cela s'est terminé par une gerbe d'étincelles, et l'astre a disparu. Cela représentait le destin de notre planète, après cette mortelle déstabilisation.

8/- Voici le message du témoin, il désire que ce message soit transmis le plus rapidement à la communauté scientifique concernée : tout particulièrement les astronomes qui doivent mettre en service en cette fin de mois de mai, le très grand télescope qui vient d'être installé au CHILI. (Le VLT...)

« Il faut considérer « la boussole » (dont la lune occupe le centre - voir le dessin en annexe du rapport principal), à la date du 13 mai 1998, à 0 h 50 heure locale.

Il faut considérer la voûte céleste à cet instant précis.

Il faut orienter l'aiguille de la « boussole » dans un plan rigoureusement perpendiculaire à la direction « LE PLESSIS BOUCHARD » - « CENTRE DE LA LUNE ».

A partir du centre de la lune à cet instant précis, et dans la direction de la flèche, sur un plan horizontal parallèle à l'horizon local, prolonger l'aiguille jusqu'au point singulier de sa rencontre avec la voûte céleste. Ce point est probablement le lieu où le puissant télescope devrait pouvoir observer le danger qui menace notre planète.

Je suis persuadé que c'est vraiment là le message que j'ai la responsabilité de devoir transmettre, pour l'avenir de l'humanité. La seule chose que j'aimerai ardemment, c'est que je me trompe. Mais, en l'état actuel de ce qui m'arrive, j'estime que c'est mon devoir de m'exprimer. » - (le témoin précise qu'il ne peut totalement être certain si le plan de « l'aiguille » était rigoureusement perpendiculaire au plan de visée).

La rédaction de ce message a été réalisée par l'enquêteur, à partir du discours du témoin, qui semble avoir des difficultés à transmettre lui-même par écrit ce qu'il a le désir de communiquer, ce qui paraît un peu étrange à l'enquêteur.

- note de l'enquêteur : le fait que les « bords » de l'aiguille semblaient parallèles, ce détail est peut-être une indication que le plan de l'aiguille était bien perpendiculaire au plan de visée !

Un second témoin parle

27 mai 1998 - Je suis retourné voir le témoin n°1 de cette étrange et inquiétante histoire : il a un ami propriétaire récoltant qui fabrique un excellent champagne, un vrai nectar ! Je devais prendre livraison !

Notre témoin principal est extrêmement pressé d'avoir la certitude que des astronomes vont prendre au sérieux le message qu'il a délivré, parce qu'il pense que la planète court un danger majeur. Il a lui-même pris un certain nombre d'initiatives dans ce sens, et semble avoir convaincu M.Vélasco de le rencontrer à la fin du mois de juin. De plus, il a renoué le contact avec des gradés de haut rang, qu'il a reçus chez lui ce midi même à déjeuner, et ayant travaillé avec lui dans un secteur des plus sensibles qui soit. Ces gradés, aux dires du témoin, ont pris ses révélations avec beaucoup de sérieux, vu les antécédents de leur relation de travail, qui ne souffrait pas le moindre dilettantisme ou la moindre fantaisie, c'est le minimum qu'on puisse en dire... Ces personnes déclarèrent à notre témoin qu'elles mettraient en jeu leur carrière, si d'aventure elles faisaient remonter une telle histoire. Elles ne se sentaient pas la capacité de faire état de telles informations dans le contexte professionnel qui est le leur.

Mon interlocuteur, après quelques légères hésitations, a appelé avec son « sans fil » son ami,... le conducteur de la Mercédès TD, qui attendait ses amis tranquillement sur le parking, ce matin là, le 10 janvier 1998...

Pour moi, il était très clair que ce coup de téléphone n'était pas préparé, M.D. céda simplement de bonne grâce à ma demande un peu insistante.

Les deux amis eurent d'abord une conversation de « bienvenue », tout à fait conventionnelle mais très sincère. Ils sont amis, sans nul doute. Le témoin N°2, à l'autre bout du fil, comme on dit, n'est pas un plaisantin non plus : c'est une personne qui a travaillé elle aussi dans l'aviation, avec des responsabilités sur la sécurité des avions, pendant 34 ans. Et il n'a vraiment pas de temps à perdre à raconter des inepties : quelqu'un de sa famille, très proche de lui, a subi des dommages terribles et irrémédiables, consécutivement à un accident. Non, ce monsieur ne pourra jamais être considéré comme un plaisantin. M.D. a mis le haut-parleur tout de suite, pas de langage codé devant moi, il n'a rien à cacher.

Le témoin N°2, M.E., a une voix très agréable, une voix posée, calme et sereine. On devine aussi une solide personnalité. M.D. lui demande s'il veut bien parler avec moi de leur expérience du 10 janvier. M.E. accepte sans hésitation. Je me présente à lui, en tant qu'enquêteur pour « la banque ovni ».

« Oui, me dit-il, j'étais bien sur ce fameux parking, le 10 janvier. J'attendais mes amis. J'étais vraiment arrivé en avance. Il faisait nuit noire, mais, comme vous savez, une nuit n'est jamais complètement « noire ». Ma vitre gauche était baissée. J'ai sur ma voiture un toit ouvrant, mais qui était fermé. Je pense que c'était aux environs de 7 h 30, tout était complètement calme. Pourtant j'ai commencé par entendre comme un souffle d'air - un bruissement aurait-il déjà dit à son ami - qui a naturellement capté mon attention. J'ai regardé partout autour de moi et le ciel est devenu au-dessus de moi totalement noir. Mais, sous ce noir, j'ai vu une quantité de petites lumières : vertes, jaunes et rouges. C'était incroyable, un vrai arbre de Noël ! Ma voiture s'est retrouvée complètement éclairée, par des taches de lumière de ces trois couleurs. Ces couleurs ne se mélangeaient pas entre elles. Mais par contre, je n'ai pas remarqué de faisceaux de lumière. » « La chose avançait dans la direction du chemin qui mène au parking, elle avançait lentement, à la vitesse d'une personne qui ne se presse pas. Elle m'a survolé, et lorsque j'ai pu voir l'ensemble de la chose quand elle fut en avant, je constatai qu'elle avait une grande dimension, plus de 30 m, c'est une certitude, et la forme générale m'a paru ronde.

Je n'ai rien ressenti de particulier, sinon que je ne comprends pas très bien pourquoi je n'ai pas eu l'idée de descendre de voiture pour regarder. Il me semble peut-être que si j'étais descendu de voiture, je n'aurais pas eu la force de me tenir debout. Je n'ai rien ressenti de particulier ensuite, dans n'importe quel domaine. C'est maintenant que je commence à avoir des problèmes... avec mes yeux. J'ai des sortes de brûlures, d'irritations, qui me gênent beaucoup. » - (A ce moment, le haut-parleur étant mis, M.D. se montre extraordinairement surpris et intervient dans la conversation pour signaler à son ami tous les ennuis qu'il a eus avec ses yeux et il lui conseille vivement de prendre rendez- vous chez un ophtalmo.).

A la demande expresse du témoin, j'ai transmis le dossier à des personnalités scientifiques, au fait de ces problèmes, pour permettre peut-être d'utiles investigations, selon les dires du témoin.

Franck Marie, sans lequel ce dossier n'aurait certainement jamais été ouvert de cette façon, est très réservé sur cette transmission : sur la base de notre expérience commune d'une entreprise permanente de désinformation de la part de l'Etat, il craint que certains puissent entreprendre de retourner le témoin essentiel de cette affaire, au stade où en est l'enquête, afin de ridiculiser et de discréditer encore plus l'ensemble de la question des rentrées atmosphériques inexpliquées... Je me suis fié à ma conscience et je serai très vigilant sur toute entreprise éventuelle d'exploitation malhonnête de ce document.

Grâce à notre ami Sicaud, j'ai pu avoir facilement les coordonnées d'un astronome armateur, très apprécié dans le milieu astronomique officiel, et spécialisé dans la traque des astéroïdes. (Dossier sur ce chercheur publié dans le « Figaro Magazine »). J'ai pu le joindre au téléphone, et il m'a indiqué qu'il étudiera ce cas avec attention. Voilà où en est cette affaire, à la date du 30 mai 1998.

Depuis la rédaction de ce rapport, nous avons eu la grande chance d'intéresser à ce dossier M. Pierre Guérin, sur l'amicale insistance de son ami Joël Mesnard.

Pierre Guérin a pu avoir un entretien téléphonique avec le témoin principal de cette affaire, et nous avons eu ensuite un fructueux échange de vues, fructueux pour moi, modeste enquêteur, très sincèrement !

En effet, je me suis entièrement mis à la disposition du témoin pour relater au plus près son étrange expérience.

Mais Pierre Guérin m'a grandement aidé à attirer mon attention sur de nombreux aspects de cette affaire, qu'il serait fastidieux de développer dans la présente relation. Tout ce qui est lié à la « rencontre », et les phénomènes annexes, semblent tout à fait crédibles : le témoin a vécu une expérience étrange, traumatisante, et qui pose bien des questions. Et justement, tout ce qu'affirme le témoin ; au niveau de son message en particulier, doit être pris avec un nécessaire recul, vu que sur le plan purement scientifique, le « message final » semble barré par sa propre logique, qui est mise en défaut, (encore une fois, on ne peut pas développer ici). De plus, c'est un fait très banal, dans ce genre de témoignage, que de se trouver face à des témoins dont les certitudes ne peuvent plus être discutées, le niveau de qualification du « contradicteur » fut-il le plus élevé qu'on puisse espérer ! Il est purement et simplement renvoyé par le « contacté » à ses « chères études ! ».

Prenons donc les choses avec un esprit très ouvert, en sachant raison garder, autant que faire se peut, en la circonstance !

G.D.


SUITE

Lumières dans la Nuit - n° 352 - Juin 1999