L'automne
Alphonse de Lamartine (Mâcon 1790 - Paris 1869)


Salut, bois couronnés d'un reste de verdure!
Feuillages jaunissants sur les gazons éparts!
Salut, derniers beaux jours! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire;
J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à pein à mes pieds l'obscurité des bois.

Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés je trouve plus d'attraits;
C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer à jamais.

Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d'un regard d'envie
Je contemple ces biens dont je n'ai pas joui.

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau!
L'air est si parfumé! La lumière est si pure!
Aux regards d'un mourant le soleil est si beau!


Une réaction?
Retour à Anima
No copyright © 1998 Spick-and-Span Technology - All rights shared.
Mis à jour le 22 août 1998