Edito

29 JUIN : un RASSEMBLEMENT au RECTORAT, devant un Etablissement… Des délégations reçues. UN SEUL MOTIF : la défense des droits et libertés.

Au quotidien des personnels de toute catégorie (Enseignement, Education, personnels de service, ouvriers, aides éducateurs…) subissent des humiliations, des pressions, des attaques directes et persistantes à leurs droits d’expression, d’opinion, de protection… DROIT SURTOUT EN FIN DE COMPTE A LA DIGNITE..

Dans notre Académie, on élargit le champs des atteintes aux responsables syndicaux. 2 de nos camarades Gabriella Marongiu, membre du secrétariat du Sden 59, Martine Cocquerelle, membre des commissions exécutives du Sden 62 et de l’Unsen, ont été directement victimes de rapports administratifs et de tracacasseries suscitées, on le sait, et on l’affirme, par leur activité syndicale. Nous regrettons que le Rectorat de Lille soit resté sur une prudente réserve… Nous ne l’entendons pas ainsi !

Pour nous, le 29 juin est un marche pied pour hausser les revendications, pour préserver les droits existants et en conquérir de nouveaux.

D’autres garanties « filent », elles concernent l’emploi. Un titulaire sur 2 peut espérer muter. Dans certaines disciplines, on est parvenu à 0 % dans le 2ème degré. C’est le cas de la comptabilité. Le droit à la mobilité est contrarié par contre la mobilité en terme d’obligation dans l’intérêt du service est très sollicitée. De nombreux collègues sont nommés en Zone de remplacement. On en crée même en 1 heure de commission à profusion pour « caser » les personnels à qui on ne peut proposer un véritable poste. Les personnels du 1er degré vivent aussi avec acuité les suppressions d’emploi du printemps.

Le Sden Cgt dénonce l’écart entre les discours et les actes : On veut stabiliser nous dit-on ! Dans le même temps à la faveur des C.P.A. , demandes de temps partiels, voire des décharges syndicales, on détruit des postes

Dans le même temps le recours aux contractuels s’élève de façon impressionnante et certains maîtres auxiliaires se voient « jetés » après plus de 10 ans d’ancienneté après stagiairisation…

Le bilan de fin d’année risque d’être lourd pour de nombreux collègues et engage à se battre pour la création des emplois dont nous avons besoin.

JUIN 2001