Edito

 

Le 9 Février… massivement présents pour défendre nos emplois

Le mois de janvier a été ponctué d’appels à manifestations et grèves dans le privé et le public. 3 axes d’affrontement liés parce qu’ils remettent en cause les choix de finances publiques et les orientations patronales : sous-emploi, sous-rémunération, attaques du socle de protection sociale que représente le régime de répartition des retraites.
Les manifestations dans le pays sont importantes. Le 18, le 25, le 30 constituent des étapes de mobilisation pour imposer des exigences constructives du progrès social et de la croissance :
exigence de plein emploi,
exigence du maintien et développement du pouvoir d’achat,
exigence de pensions retraite décentes après une vie de travail si remplie quand elle a pu l’être si on n’est pas victime du chômage...

Les médias comme à l’habitude sont des forces terribles ; Inféodés aux puissances d’argent ou aux pouvoirs politiques, ils érigent l’action syndicale en spectacle. (cf. l’insupportable affrontement entre les forces « du désordre » et l’action résolue de nos sapeurs pompiers dont les revendications sont mal présentées). Par ailleurs, les médias cautionnent les syndicats socialement corrects parce que majoritaires… majoritaires au gré de boules de neige successives qui les grossissent sans qu’ils aient besoin d’en faire l’effort… Gros syndicats qui savent se montrer, mais sont dérisoirement inefficaces sur le plan revendicatif… pourtant le seul important.

Face à cette aide médiatique constante et construite pour faire proliférer un syndicalisme inopérant, nous les syndiqués de la Cgt nous avons à opposer une formidable conviction et un fameux itinéraire… Là où nous sommes organisés, rien ne se passe de façon conventionnelle… et les reculs sont manifestes contre les suppressions d’emplois, les atteintes aux libertés individuelles, la détérioration des conditions de travail dans les établissements.

Alors le 3 février à 14 h 30 Bd JB Lebas, le 9 février 14 h 30 Place République à lille, soyons massivement présents, pour faire reculer le processus de casse des emplois dans l’Education Nationale, pour faire front ensemble à la précarisation des emplois, à la mobilité exacerbée des personnels, pour améliorer les conditions de travail… SOYONS MASSIVEMENT CGT PRESENTS, pour de vrais changements.

 Colette Becquet