Pour la régularisation des sans papiers

Manifestation régionale le samedi 26 janvier, place de la République à Lille, 15 heures

 

Depuis 1996, les gouvernements successifs n'apportent pas les réponses aux revendications de la Lutte des Sans Papiers. Aussi nous tenons à dire au gouvernement qui doit en partie son élection à cette lutte, qu'ensemble Sans Papiers et soutiens, aujourd'hui et demain, notre lutte se poursuit pour que soient régularisés tous les Sans Papiers ainsi injustement rejetés après avoir fait confiance aux promesses électorales de 1997. Nous restons mobilisés pour que s'ouvre dans l'espace public un débat sur l'immigration nécessaire à la remise en question de l'Ordonnance de 1945. Nous dénonçons ainsi l'arbitraire de la loi Chevènement, conçue dans la même logique que les législations antérieures sur les étrangers.

Au plan national

Le pays berceau des Droits de l'Homme, après les avoir ratifié, ne respecte ni le droit d'asile, ni les Droits de l'Homme. Ainsi le Ministère de l'Intérieur et l'OFPRA continuent de fabriquer des Sans Papiers : en 1995: sur 20.000 demandes d'asile, 15.268 refus (76%), en 1998: sur 22.375, 18.063 refus (81 %), en 2000: sur 38.747, 33.622 refus (87%). L'espérance suscitée par l'asile territorial est déçue: en 1999, sur 3.888 demandes, seules 8 ont été obtenues (0,2% régularisés). Conséquence de "Vigipirate renforcé ", la CIMADE dénonce la hausse récente de plus de 30% des détentions de Sans Papiers dans les Centres de rétention.

Au plan du département du Nord

Le bilan des rencontres mensuelles de janvier à octobre 2001 avec la Préfecture est négatif.
Sur 208 dossiers présentés, seuls 45 ont obtenu satisfaction (21,63%) et 163 (78,37%) sans papiers ont été déboutés. Sans local de lutte et donc sans visibilité collective, les Sans Papiers sont à la merci de l'arbitraire.
Ainsi des centaines de sans papiers régularisés ont renouvelé plus de trois fois leur titre d'un an et n'obtiennent pas la carte de 10 ans à laquelle ils ont droit. D'autres renouvellent plusieurs fois leur récépissé de 3 mois et parfois se retrouvent avec une convocation. Ces situations sont ensuite opposées aux Sans Papiers par certains patrons pour les maintenir en CDD. Ce qui est une infraction totale à la législation du travail. Ces ex?Sans Papiers sont aussi exclus de tous les droits sociaux pour lesquels ils cotisent par ailleurs.

Mrs Chirac/Jospin: Régularisez.

Premiers signataires: Association Franco/Chilienne Cordillera, CFDT Lille, CIMADE, CNT 59?62, Collectif Afrique, Collectif Pour la Démocratie en Algérie (CPDA), Comité de Défense des Droits des Sans Papiers 59, CSP59, Les Amis de l'Algérie et des Algériens, Lutte Ouvrière, MRAF59/62, Maison Villeneuvoise des Droits de l'Homme (MVDH), SDEN CGT Nord, SNUipp/FSU, SUD Education, Tutti Frutti, URSEN CGT...