Edito du 8 novembre 2000

 Quelques " globe-trotters " dans l'académie s'échinent depuis la rentrée à nous convaincre dans les établissements des bienfaits attendus de réformes qui induisent pourtant bien des dégâts dans la période. Privés de quelques heures d'enseignement bien utiles pour construire et conforter les bases de formation, nos élèves trouveront difficilement des motifs pour se rassurer, quand ils seront confrontés aux besoins exigeants de qualification des entreprises et ceci dès leur premier stage en entreprise.
La vision productiviste des orientations de formation est néfaste. Elle centre sur "l'objet", "sur les activités professionnelles et relègue à l'accessoire les contenus disciplinaires, les assises culturelles, économiques et humanitaires, les repères environnementaux.
Cette pédagogie de projet est supposée être alimentée par les crédits de fonctionnement... nos globe trotters sans état âme conseillent même de recourir aux sponsors ! Pas de formation ... Pour répondre d'ailleurs à quels besoins ? Les super-profs qui se présentent dans les établissements viennent nous disent-ils faire "l'état des lieux" ... avec des supports qui doivent recueillir les expériences, le nom des intervenants, le niveau des engagements de chacun... Excellents supports de travail pour l'inspection académique n'en doutons pas, très passionnée par l'évaluation au "mérite"...
Le cadre des projets fort dépendant des équipes, des élèves accueillis, des crédits ouverts, de l'environnement, induit aussi des répartitions horaires variables et la redéfinition probable des volumes d'enseignement disciplinaire dans chaque établissement, à la rentrée prochaine. Une démarche qui conditionne tout simplement le choix des créations et suppressions d'emploi. Peut-on laisser tout dire, tout faire ? Au Sden Cgt nous ne le pensons pas...
Au contraire, nous appelons nos sections syndicales, nos syndiqués, à refuser toutes les dispositions qui conduisent à la flexibilité de leur travail et à la dévalorisation des contenus d'enseignement. Nous appelons à débattre pour approfondir les démarches pédagogiques à initier et les moyens à exiger. Le Sden Cgt propose un bilan d'étape en décembre/janvier avec la perspective de Construire une action forte susceptible de combattre la réforme Allègre qui se met en place malgré nous.