Déclaration du SDEN-CGT au CDEN (Conseil Départemental de l'Ed. Nat.) 14 décembre 2001

Intervention de Pascal Blindal membre de la Commission Exécutive du SDEN

 

Les effectifs en baisse actuellement ne doivent pas, tant dans le premier que dans le second degrés, justifier des suppressions de postes. Une nouvelle fois, nous revendiquons, compte tenu de la réalité sociale du département du Nord et des besoins réels d'enseignement :
une amélioration sensible du taux d'encadrement,
l'amélioration des conditions de travail des personnels : cela passe entre autre par une réduction du temps de travail avec création d'emplois,
les moyens nécessaires pour remettre en place une politique de remplacement efficace et systématique,
une politique budgétaire conséquente qui interdise de mettre devant les élèves des personnels non formés. Nous remettons en cause le recours systématique aux listes complémentaires dans le premier degré et le recours à la précarité (contractuels, vacataires) dans le second degré. II s'agit aussi de faire face aux besoins constatés à la rentrée.

En effet, la CGT est attachée au développement d'un service public d'éducation de qualité. Cela passe par l'accueil des élèves dès l'âge de deux ans pour toutes les familles qui le souhaitent.

Cela nécessite une politique volontariste, en rupture avec la gestion quotidienne de la pénurie.

Cela passe aussi, pour le premier degré, par une égalité de traitement que la situation financière ou les choix politiques de certaines communes ne permettent pas.