Edito, 22 mars 2002
C. Becquet

L'offensive est lancée dans les établissements de l'Académie pour réduire " à tout prix " le coût de gestion des formations dispensées.
Malgré ce que peut en dire le Rectorat, il ne taille pas " dans la dentelle ". Si les suppressions d'emplois sont en partie masquées par les départs en retraite dans quelques établissements, la multiplication des " services partagés " va, à la rentrée, faire toucher du doigt l'inconfort d'une politique qui affaiblit les ressorts du service public.
Les dotations horaires à minima dans les collèges, la mise en place des Itinéraires de Découverte tracent le parcours emprunté hier par les Lycées professionnels via les Ppcp : dévalorisation du contenu des enseignement disciplinaires, globalisation rampante des horaires, marche vers l'annualisation du temps de travail... Les Cpe après les personnels Iatoss sont désignés pour en expérimenter les méfaits.
Dans le 1er degré, la transformation des postes CLAD, supports fixes implantés dans les écoles, en postes affectés aux Réseaux d'Aide, accroît la mobilité des personnels et risquent de rendre plus difficiles l'encadrement des populations scolaires en difficulté.
La suppression de 10 % des Segpa actuelles dans notre académie, l'accueil envisagé dans les LP des élèves qui relevaient de ces structures spécialisées, sous prétexte de nécessaire élévation des qualification, visent en fait à optimiser l'utilisation des locaux, matériels et enseignants au détriment d'un encadrement formé, spécialisé, adapté à la diversité des jeunes.
Les lycées des métiers sont conçus, sous couvert d'arguments attractifs (élévation des qualifications, insertion professionnelle) pour " rationaliser ". L'organisation systématique des établissements en un pôle " de formation en témoigne. Organisation qui dans un premier temps va réduire les choix des jeunes les plus démunis ou contraindre à la mobilité, mobilité devenu un vecteur d'apprentissage. On commence par faire de la place en supprimant des formations (cf la comptabilité mais aussi la maintenance, l'électrotechnique ...) On pourra ensuite accueillir d'autres usagers " clients " issus de parcours hétéroclites de la Formation Initiale ou Continue, usagers pour lesquels l'alternance est devenu un mode de formation généralisée. Ce processus conduit aussi à transformer les métiers de l'éducation et les emplois qui y sont associés... Le recours aux " précaires " est un fer de lance pour construire cette adaptation.

Au-delà du " pour " ou du " contre " simplistes, pour ne pas subir, il faut débattre des enjeux. C'est ce à quoi nous appelons les sections syndicales.