Je pense très souvent à ma mère, l’imagine en train de pourrir tout doucement au-dessus de mon père qui aujourd’hui doit être réduit à l’état d’os. Comment peut-on penser, puis écrire cela sans trembler, frissonner, hurler ou tout simplement pleurer ?