« C’est le moment, je suis désolé. Il faut que tu prennes ton poison. » Rien n’a réussi à le faire changer d’avis et j’ai éclaté en sanglots : « Ce n’est pas possible, je ne peux pas mourir maintenant, avec tout ce que j’ai encore à faire ! »