Gonzague m’a rapporté une chose étrange à propos d’Ophélie. Elle lui a demandé de confirmer mon âge : « Il a bien cet âge-là ? » Il lui a dit que ce n’était pas vrai, qu’elle devait savoir que j’aimais bien jouer à ce petit jeu de coquet. « Il n’empêche, elle était extrêmement troublée, c’était très bizarre. Mais tu la connais, elle est un peu folle. » In petto, je n’ai pu m’empêcher d’ajouter « de moi ». (Elle est troublée parce qu’elle est attirée par moi et voit l’âge comme un obstacle ; le fait que j’ai beaucoup moins qu’elle ne le pensait remet tout en question et la déstabilise.)