Il me semble que c’est avec une grande allégresse que nous devons accepter ce qui nous échoit. Où va le monde sinon à sa perte ? Quel autre sens a-t-il ? Y a-t-il d’autre voie que celle de la perdition ? Il est tout de même assez curieux que l’aspiration générale aille dans le sens de l’ascension alors que le statut même de l’humain est le glissement vers l’abysse.