J’ai appelé Éléonore. Le problème avec sa voiture n’est pas réglé, elle aura des nouvelles en fin d’après-midi ; je doute fort qu’elles soient bonnes. « Au fait, si tu viens ce soir, prends de quoi manger, je n’ai pas envie de sortir faire des courses. Ou alors, tu pourrais venir demain, non ? » Elle veut profiter au maximum de sa solitude. « C’est si rare que je sois seule, c’est vraiment un luxe. » Je la comprends, d’autant qu’à partir d’après-demain, il va y avoir du monde à la maison pour une huitaine de jours. « C’est à toi de décider ; dis-moi simplement si tu veux que je vienne ou non. » « C’est aussi ton appartement. » « Oui, mais je comprends très bien que tu veuilles être seule de temps à autre… » J’irai après-demain…