J’ai entamé l’étude de la traduction que Youki a faite d’un poème de Mallarmé, L’Éventail (je m’abstiens pour l’heure de consulter la version française – ou plutôt l’original français).