« Je peux la calmer, l’endormir un moment, mais réfléchissez, vous risquez de me rappeler dans deux ou trois heures. » Il était impossible de la laisser dans cet état, d’autant qu’à présent elle gémissait constamment et qu’elle devait souffrir le martyre. Nous avons acquiescé. Je suis sorti de la cuisine, je ne voulais pas revoir ce que j’avais vu il y a 15 ans avec Poun. Mais au bout d’un moment, je suis revenu. Il lui avait fait une première piqûre pour l’endormir. Elle était allongée sur le flanc. Susan était agenouillée auprès d’elle et la caressait.