J’ai regardé quelques photos, certaines étonnantes où elle rit, s’amuse avec Loïc gamin dans la pelouse. Il faudrait qu’Annie et moi en fassions le tri. Elle me dit : « Prends celles où tu es. » Mais ce n’est pas seulement celles-là qui m’intéressent… Il y en a des centaines, la majorité prises par mon père. Cette mémoire-là est irremplaçable. Il faudrait en faire quelque chose. La meilleure solution serait que je scanne celles qui nous intéressent tous deux.