Le nouveau (il s’appelle Mars, l’ai-je dit ?) est un drôle de personnage. Il ne parle pas ou seulement lorsqu’on lui adresse la parole, ne cesse pas une seconde, littéralement, de travailler, ne fait jamais la moindre pause hormis celle du repas à midi. Lorsque je me trouve seul avec lui, je ne sais que lui dire, même des banalités. Pourtant, il est sympathique ; mais il y a un je ne sais quoi qui m’arrête. Hier, j’ai eu l’occasion d’entamer une conversation : James lui avait demandé s’il était allé à la dédicace du dernier Amélie qui avait eu lieu à Lys ; je n’avais rien dit. À un moment donné, j’avais pensé à l’interview dans l’Immonde et avais pensé à lui en parler ; mais pas moyen de sortir un mot. Alors, avant de partir, je l’ai imprimée et posée sur son bureau avec un mot. Ce matin, il m’a remercié. Je lui ai demandé s’il l’avait déjà, il m’a dit non, et ça a été tout… Il y avait un changement sur son bureau ce matin, trois photos collées à même l’écran de l’ordinateur : une à gauche, une à droite, comme deux oreilles ; la troisième au sommet, comme un chapeau ou une houppe. Sur l’une, il est avec sa compagne, la deuxième montre deux enfants et sur la troisième, se trouve la femme seule qui fait une grimace. Lorsque je suis revenu de ma pause, j’ai constaté qu’elles n’y étaient plus. J’ai alors pensé qu’il avait usé de ce « procédé » pour attirer l’attention sur lui et sa vie, pour qu’on lui pose des questions. Il y a dix minutes, en revenant de la cafétéria, j’ai constaté qu’elles étaient à présent collées sur la façade gauche de son moniteur…