Je viens de fumer ma quatrième cigarette sur la terrasse où je frissonnais. Aux bruits (sons ?) de l’échafaudage (qui n’apparaît toujours pas au-dessus du mur du jardin qui longe Zan Degola ; ça signifie qu’ils s’y remettront demain), viennent de s’ajouter les sons maladroits d’un orgue électrique provenant de je ne sais où… Il y a deux ans, il y avait des travaux au deuxième étage de la bâtisse de gauche ; depuis, les volets sont fermés. Qu’y ont-ils faits ? Pour qui, pour quoi ? (Mais c’est plutôt un bien dans la mesure où la vue serait directe sur la terrasse ; que ça reste donc ainsi.)

(Cet appartement est donc vide ; je me suis imaginé y habiter ; mais sans terrasse, ni jardin. Venise est une terrasse, est un jardin, mais j’ai besoin de cet espace à l’air, aussi réduit soit-il.)