Lorsque nous sommes arrivés, il ne restait plus que six à sept stands, c’était la fin. Nous sommes rentrés après avoir fait des courses ; j’ai fait bonne figure malgré mon mal au crâne depuis le lever ; je crains que ça ne soit mes cervicales – il y a très longtemps qu’elles ne se sont pas manifestées. Une fois rentré, je me suis mis à la fin de la mise à jour des livres du site. Il s’est mis à pleuvoir et j’ai pensé à Innocent qui avait eu l’intention de passer la nuit ici pour aller à des puces demain, si le temps le permettait. Je n’avais pas la moindre envie de voir qui que ce soit. Je suis descendu préparer le repas en m’attendant à tout instant à ce que le téléphone sonne. Il a sonné, je n’ai pas décroché, ni Éléonore qui lisait dans le jardin d’hiver ; je pense qu’elle voulait aussi avoir une soirée calme. Nous avons mangé, nous sommes installés devant la télé, moi avec L’Immonde d’aujourd’hui…