Rendez-vous chez Dany et Max pour nous rendre chez un couple de leurs amis.  Lui Allemand, Karksten, jovial et doux, sympathie immédiate, elle, Nermin, douce de même et timide, à la chevelure curieusement grise ce qui m’a longtemps fait douter qu’elle soit turque. Repas allemand et turc, entrées faites à partir de harengs de Hambourg d’où est originaire Karlsten et de sortes de petits poivrons farcis froids. Moussaka maison. Gâteau au fromage allemand qui avait le même goût que celui que confectionnait la mère de Liliane. Un blanc riesling allemand, doux, très bon, le Bourgogne qu’avait apporté Max. La discussion tourne autour de l’Allemagne, de la discrimination, de l’enseignement, de la traduction. Au retour chez Max, une vieille prune se déguise en vieille poire et nous parlons du projet corse : Dany, Max, Francko, Francine, Sylvie, Wanda, Nicolas, Boris, nous deux.