J’ai reçu un message d’une Italienne qui recherche un traducteur pour de la poésie en italien. J’ai répondu en émettant des réserves sur mes capacités dans le domaine et ai proposé de faire un test ; elle m’a répondu en m’envoyant trois courtes poésies qui, à mon avis, devraient illustrer un ouvrage d’art ou de tourisme. Elle me dit d’attendre un peu, que le contrat n’était pas tout à fait signé. J’ai attendu en les traduisant. C’est amusant. (Elle s’appelle Silvia et m’appelle déjà Guy.)