Nous sommes restés une bonne demi-heure sur la plage avec nos chaises pliantes et nos bouteilles. Toute la promenade était illuminée jusqu’à la jetée près du musée ; au loin, à gauche, scintillaient les raffineries du port, à droite, Panckoucke. Le groupe de sportifs à quelques mètres de nous continuait à s’agiter dans l’obscurité. Puis nous avons plié bagages. Au bas des marches qui mènent à l’entrée de la résidence, était garée une voiture. Un pêcheur y rangeait tout son attirail. C’était l’un de ces pêcheurs qui pêchent la nuit à marée basse. Nous lui avons demandé ce qu’il pêchait. « Des merlans. » « Si près de la côte ? » « Oui, oui. » « Et vous en attrapez beaucoup ? » « Oui, pas mal, ça dépend des jours, mais dans l’ensemble, oui… » Il a souri, a poursuivi son rangement, nous avons regagné l’appartement…