Je ne parle jamais de sexe, et si je le faisais, ce serait en me forçant, et je suis persuadé qu’un lecteur ne me connaissant pas, ne m’ayant jamais lu, le sentirait aussitôt et dirait : « Ça sonne faux ; ça fait forcé, fabriqué. » Il y aurait désaccord.