Et puis un homme s’approche de nous. Il a la cinquantaine, de belle allure, porte un chapeau de cow-boy, est tout sourire. Nous savons immédiatement qu’il s’agit de lui, Wally. Il nous demande si tout va bien, si nous nous régalons. Il a l’accent d’Arno, c’est très étrange. Et, comment est-ce venu, l’a-t-il proposé spontanément ou est-ce Susan qui l’a suggéré, il se propose de nous interpréter une chanson rien que pour nous quatre. Il monte sur la scène, glisse une disquette dans une console. S’installe sur un tabouret face à nous, un pied à terre, attitude de feinte crânerie, a dans une main un micro, dans l’autre une télécommande. « Je vais faire la 12. » Il ajoute qu’il n’est pas un imitateur. Il appuie sur une touche, une bande d’orchestre sort des baffles. Il chante. Ce n’est pas Elvis, en effet, mais c’est ce type de voix, ce type de ballade qu’il interprète avec brio, avec les mimiques, les attitudes appropriées, c’est très réussi. Nous applaudissons…