Jeanne et Gildas ont mangé à la maison (dans le jardin au son d’un film catastrophe en provenance de chez le voisin de gauche – les Cuelho sont en vacances). Gildas habite provisoirement chez Jeanne (je ne connais pas le fond de l’histoire de Gildas et je n’ose pas lui en parler), il cherche du travail. Éléonore lui avait proposé, lorsque nous l’avions vu chez César et Rose, de travailler à la maison. Je lui ai fait visiter, il va s’occuper en priorité de la porte de devant et du débarras du grenier. Il est toujours aussi effacé, je ne sais de quoi lui parler (lui-même parle très peu). Il semble souvent abstrait, se frotte constamment les yeux (il est peut-être en période de sevrage) ; il ne boit toujours que de l’eau… (Il y a deux jours, j’avais dit à Éléonore en souriant : « He was my rival. » Je lui ai brièvement expliqué…)