Après le départ d’Armelle, je suis monté et j’ai écouté la radio. Au bout de cinq minutes, je l’ai éteinte. J’ai pensé mettre de la musique, puis ai renoncé. Au bureau, je n’écoute plus de musique. Ici, je n’en fais plus. La maison m’agace, la rue m’agace, la ville m’agace.