Midi, Klee. Tous les jours, à cette heure, je trouve le même type accoudé à la même place du comptoir avec sa bière. Il a l’air d’y passer ses journées. (La cinquantaine, il affecte une espèce de relâchement retenu qui le classerait dans la catégorie des chômeurs. À chaque fois, je me demande comment il se débrouille pour payer ses bières – il en boit au moins deux le temps que j’y suis, une demi-heure, et fume)…