Contrairement à ce qui est montré dans le film, frère Amédée ne s’est pas caché sous son lit. Lorsque les « terroristes » (tueurs) sont arrivés au monastère, ils ont demandé au gardien (un Algérien) le nombre de moines présents ; il a menti, a dit sept au lieu de neuf ; les tueurs sont partis après en avoir trouvé sept (au moment même, se trouvaient aussi au monastère des invités, quinze au total, installés dans une autre aile, mais contiguë aux chambres des moines ; ils ont tout entendu ; il est étrange que les terroristes n’en aient rien su). Je suis très étonné que certains de ces hommes qui ont participé à l’enlèvement et même à l’assassinat témoignent impunément face à la caméra. (Autant que je m’en souvienne, ils sont trois, et chacun dans une pièce différente, des pièces d’habitation, donc vraisemblablement chez eux.)

Incidemment, je relève dans le Larousse encyclopédique de 1923 : « Terrorisme : système, régime de la Terreur, en France (1793-1794). Par analogie : régime institué par certains gouvernements ou groupements révolutionnaires : le terrorisme russe. »