Coups de gueule, portes qu’on claque, pas précipités ; ça n’a pas duré longtemps, mais suffisamment pour me perturber et confirmer à quel point ce bâtiment est mal insonorisé et que je ne suis pas fait pour la vie en appartement. Elle s’est manifesté à plusieurs reprises sans qu’il n’y ait de réponse (c’est ce qui me fait penser que son « interlocuteur » n’était pas un homme, mais plutôt un enfant, ou un adolescent ; c’est Éléonore qui avait émis l’idée qu’elle aurait un enfant, ou un petit-fils qui, de temps à autre, viendrait passer la nuit là ; je pense plutôt qu’il s’agissait de son ami ivre, ou pour le moins éméché – mais les pas différents que j’ai entendus par la suite me suggèrent qu’il s’agit plutôt de ceux d’un adolescent). Puis ça s’est agité, calmé, agité, puis des pas, et petit à petit, ça s’est calmé tout à fait, c’était la nuit (les pas différents ne sont apparus qu’à la fin, ou, pour le moins, je ne les ai entendus qu’au moment où ça a commencé à se calmer ; avant le coup de gueule, il n’y avait que les siens ; je peux donc imaginer qu’elle était seule, qu’il est rentré plus tard que prévu, penaud, et incapable de répondre, de réagir, de répliquer).