Le journal est en pleine déroute, et si je l’ouvre, c’est pour ne pas avoir à le « regretter ». Mais je n’ai rien à dire.