Je découvre sur le calendrier accroché sur le mur derrière moi le prénom de Péronille, que le correcteur refuse, de la même manière qu’il refuse Mylène avec un « y » pour l’accepter avec un « i », Mylène figurant sur ce même calendrier avec un « y ».