J’écoute Breton, « l’interview » d’après-guerre où tout est préparé : le pape et « créateur » du surréalisme qui a rédigé ses réponses et les lis comme un petit enfant en primaire avec en sus le ton académique, pontifiant, les passés simples en veux-tu en voilà, la prose convenue et lénifiante, et, je ne l’avais pas noté les autres fois, sa manière très particulière de prononcer les « ou », du bout des lèvres et comme projetés. « On dirait Johnny », m’a dit Mylène à qui je l’ai fait écouter. Dédé Johnny…