J’ai l’impression que je suis en chute libre, que mon temps quotidien consacré à l’écriture se réduit de plus en plus. Je « travaille » mécaniquement à Mai (aujourd’hui le 6 octobre) sans la moindre conviction. Est-ce la fin ou l’amorce d’une transition ?