L’Escadrille. Je suis allé jusqu’au poste de secours près de la Paillotte du Corsaire (à deux pas du Bonobo), lui aussi désaffecté, comme celui du Scalaire, puis retour jusqu’ici sous le soleil, ou presque ; il est encore bas en cette saison, mais il nappe la plage et la mer. En longeant la digue de ce côté-ci, je constatais que les façades n’avaient jamais le soleil ; il en est de même pour nous, mais l’appartement est traversant et si le balcon n’en bénéficie jamais, le séjour, si (l’après-midi, le balcon est donc éclairé par l’arrière). Je prends un café avec ma quatrième cigarette et un verre d’eau, toujours servi dans le même verre de vodka (que j’ai vu sur d’autres tables, c’est la mode de la maison). J’ai laissé Éléonore, Laura et Pablo au Carrefour Market où j’ai choisi quelques bouteilles de vin avant de filer. C’était irrésistible. Lorsque je suis arrivé sur le balcon et ai vu la mer à marée haute baignée de soleil, j’ai immédiatement voulu partir pour marcher, Frelinhoeke, retour, l’Escadrille, j’y suis. Laura a découvert l’appartement, nous avons pris un café sur le balcon, elle nous a remis des cadeaux de leur part, une petite étagère bleue avec un poisson, un très beau vase avec des poissons, un petit distributeur de serviettes de table à l’italienne, la Guinguette de Suzette. Puis il a été question de faire des courses, je me suis éclipsé. Nous prenons le bateau dans trois heures...