L’entreprise du Journal en mai ne faiblit pas d’un pouce. Tu en es le moteur. J’ai toujours la même impatience à découvrir le contenu du jour suivant. Je reste toujours aussi sidéré par la médiocrité et le ridicule de mon style à cette époque. C’est proprement effarant !