Dans Muriel, je trouve Delphine Seyrig assez vilaine, presque méconnaissable ; du reste, j’ai mis un temps à la reconnaître (mais la voix, cette voix extraordinaire, est bien la même). C’est le temps qui l’a rendue belle…