Nicolas a appelé pour avoir des nouvelles de son roman. La première question que je lui ai posée, c’est : « Considères-tu que c’est achevé ? » « Non, loin de là. » Du coup, ça a été beaucoup plus facile que je ne le pensais. Je lui ai proposé que l’on se voie un jour et que nous en discutions.