J’attendais avec impatience de découvrir le nouvel amour de Clémentine. C’est un grand brun à lunettes, cheveux noirs grisonnants, mi-longs, qu’ils coiffent derrière les oreilles à mon image. Ils nous ont raconté comment ils s’étaient rencontrés : il est le projectionniste de la salle de Mocky à Paris, salle qu’elle fréquente régulièrement et qui passe beaucoup des Bollywood. Il est intelligent et doux, un peu timide. Je l’ai observé en train de détailler mon bureau à la recherche de détails destinés, je le présume, à me cerner. Il a eu quelques remarques pertinentes.

(« D’où sors-tu ton Buren ? » m’a-t-il demandé pendant le repas…)