- LE JOURNAL MUSICAL -

 

Journals débute le 3 octobre 1989 avec le Journal du vin, suivi le 3 janvier 1990 par le Journal du pauvre qui se clôt le 27 juin 1991. Le 3 janvier s’entame L’année de la rue V. qui, comme prévu, s’achève le 31 décembre de la même année. Puis vient une longue plage de silence durant laquelle rien ne s’écrit. Elle s’achève le 18 septembre, date à laquelle, en concordance avec sa décision de renoncer à la cigarette, débute le Journal du tabac, puis, parallèlement, à partir du 4 novembre, le Journal de notes, premier du nom. L’année arrive à son terme et, prenant alors conscience de l’accumulation des journals, et y subodorant comme une démarche, il décide de poursuivre dans cette voie et d’en élaborer un sixième qui, cela allait presque de soi, aurait pour objet la musique. L’idée apparaît en date du 12 décembre 1992 dans une lettre à B*** : « C’est vrai que j’en parle beaucoup [du tabac] ; ça m’a de nouveau frappé à la lecture de la livraison de cette semaine, tapée ce matin. M’a frappé aussi le point concernant les différents journals (que je préfère, en l’occurrence, à journaux). J’ai décidé que le suivant, que j’entamerai sans doute en rentrant de Lyon, s’intitulera le Journal musical (ce qui signifie que tu risques d’y être étranger, d’en être écarté ; sauf si je décide de lui donner un tour sonore...) À suivre... »