C’est ce que j’ai fait… Anouilh ne pouvait passer à côté de cette histoire édifiante et terrifiante. Du coup, j’ai eu envie de « comparer » avec l’original. Il en figure un exemplaire dans ma boutique ; je l’en ai tiré, ai lu les premières pages. La langue m’a immédiatement gênée et d’emblée, j’ai préféré Anouilh et « l’actualisation » qu’il en a fait.

 

3 décembre 2014