Et pendant ce temps, le petit Alphonse attend. Attend patiemment le retour de son frère. Son frère Ignace qu’est à la campagne chez tata, cette tata qu’il ne connaît pas, qu’il n’a jamais vue, qui, il y a encore deux mois, n’existait pas, n’avait jamais été mentionnée à la maison et tout à coup avait surgi entre ses parents et eux, Ignace et Alphonse, comme un refuge providentiel pour les vacances.

« Mais pas les deux. Juste un, pas les deux.

– Tu verras comme tu seras bien. Tata est une très gentille personne, et tu respireras le bon air, et tu connaîtras des tas de choses que les autres garçons de la ville ne savent même pas qu’elles existent.

– Qui c’est tata ? »