Adorno commence à m’ennuyer. Propos philosophiques avec langage à l’avenant qui m’insupporte un peu. Quoi que je fasse et quoi qu’on en dise, j’ai l’impression d’un bavardage.

 

31 janvier 2010