Je viens d’effectuer une première lecture de Rok sur papier.

Je vais entre plaisir et dégoût.

De plus, près de 40 pages, c’est trop.

Couper, encore couper…