Je pense à ces deux dates déjà mentionnées :

le 28 avril 1994 et le 15 mars 1997,

et me dis qu'il y aurait un sacré pas de franchi
(dans ce sens de ma « quête »,

de ma démarche) le jour où j'oublierai ces deux dates.

Mais sans oublier ce à quoi elles se rattachent, ce qu'elles signifient...

Ce à quoi elles se rattachent est inoubliable – ou alors, il faudrait me sectionner la moitié du cerveau –, mais il faudrait que cet inoubliable se détache de son amarre et se mêle à la masse dont je suis constitué, masse libérée de tout repère du temps, libération qui lui ferait accéder à un surcroît de vivacité...