Et puis je me sens drôle, absent, distant. Et toujours cette gêne du côté droit, intestinale, qui sans doute doit contribuer à mon état de malaise. Et je ne parle pas de ma bouche irritée, de mes sensations de vertiges par moments liées à des bouffées de chaleur. Je pense à un mal qui s’installe, je pense à la mort, à la vieillesse, ou pour le moins à une vieillesse pénible et douloureuse. Je suis très inquiet.