À force d’entendre les gens et leurs médias employer « opportunité » pour « occasion », j’en viens à douter du sens du premier (le faux langage, comme un virus, qui contamine et dont on ne peut plus se défaire)…