La petite blonde, ce matin, que je découvre près de l'ascenseur à feindre de consulter les panneaux syndicaux qui lui font face. J'attends l'arrivée de l'ascenseur ; lui tourne donc le dos. Une minute passe dans le silence, durant laquelle me prend plusieurs fois l'envie de me retourner pour la regarder.

Je ne le fais pas.

L'ascenseur arrive. J'y entre.

Disparais.

Aujourd'hui, elle porte une petite chemise à carreaux et un pantalon noir qui lui vont très bien. Elle a aussi des lunettes dorées à très fine monture qui lui donnent un air studieux. Qui lui vont à ravir...