À Varna, les minuscules boutiques en entresol, les petits stands de journaux où s’étalent une profusion de magazines, d’ouvrages aux photos lestes : filles déshabillées ou nues, très « vulgaires »

(j’avais hésité avant d’employer ce mot haïssable entre tous, mais en la circonstance, je n’en voyais pas d’autre qui convienne mieux)